Paris Match Belgique

Le GIF qui dit tout du procès de Larry Nassar, ancien médecin-chef de la gymnastique U.S

Au premier plan, Larry Nassar, condamné ce mercredi par Rosemarie Aquilina à une peine allant de 40 à 175 ans de prison | © AFP PHOTO / JEFF KOWALSKY

Société

Le médecin star de la gymnastique américaine a été condamné à 175 ans de prison ce mercredi pour abus sexuel sur plus de 150 victimes.

 

« Vous avez profité de votre position de confiance de la manière la plus infâme qui soit – pour abuser des enfants. (…) Et vous avez fait du mal. De manière égoïste ». L’échange entre la juge et l’accusé était déjà houleux lors de l’ouverture de son procès dans le Michigan, en novembre dernier. Ce mercredi 24 janvier, la juge Rosemarie Aquilina a signé d’un coup de maître l’arrêt de mort du célèbre médecin Larry Nassar, accusé d’avoir abusé sexuellement plusieurs gymnastes américaines.

175 ans ou 2 100 mois de prison

Ancien médecin phare de l’équipe américaine de gymnastique, respecté et adulé dans le milieu, Lauwrence Nassar avait été condamné en décembre dernier à 60 ans de prison pour détention de matériel pédopornographique. Plus de 37 000 images et vidéos pédopornographiques avaient été retrouvées par les enquêteurs dans les disques durs de ses ordinateurs. Ce mercredi et après une semaine de procès au cours duquel des dizaines de victimes sont venues témoigner à la barre, l’accusé a finalement été condamné à une peine de prison allant de 40 à 175 ans.

Lire aussi > Scandale sexuel dans la gym américaine : une championne olympique sort du silence

Pendant des années, le médecin star a fait preuve d’abus de pouvoir et surtout de confiance sur des victimes dont les survivantes sortent du silence les unes après les autres depuis plus d’un an.  « Vous avez profité de la vulnérabilité de tout le monde. Mais je ne suis pas vulnérable. Pas devant vous », a déclaré la juge du procès Rosemarie Aquilina qui n’a pas mâché ses mots pour annoncer sa sentence. « Je veux que vous sachiez que si cela a été un honneur et un privilège d’écouter toutes ces survivantes, c’est un honneur et un privilège de vous condamner. Vous n’avez jamais essayé de contrôler vos pulsions, et partout où vous marcherez, il n’y aura que destruction auprès des plus fragiles. Monsieur, je vous condamne à une peine de 175 ans de prison, ce qui fait 2 100 mois. Je viens juste de signer votre arrêt de mort », a-t-elle ajouté avant le clou du procès.

Kyle Stephens, une victime témoigne le 16 janvier 2018., January 16, 2018. / AFP PHOTO / Geoff Robins

Lettre rejetée

Peu avant le terme de l’audience, Aquilina n’a pas hésité à lire à haute voix une lettre de six pages signée par M. Nassar environ une semaine avant le procès. « J’étais un bon médecin, mes traitements fonctionnaient. Et ces patientes qui aujourd’hui parlent publiquement sont les mêmes qui, avant, revenaient vers moi encore et encore en complimentant mon travail. Les médias ont réussi à les convaincre que tout ce que j’ai fait était grave et mal. Elles ont l’impression que j’ai trahi leur confiance », a-t-il écrit. Mais pour prouver à l’assemblée que Larry Nassar est loin d’être un « bon médecin », la juge n’a pas manqué de préciser que l’homme allait jusqu’à estimer que ses victimes « cherchaient l’attention des médias » ainsi qu’une « compensation financière ». En gros, qu’entendre les témoignages de ses propres victimes n’était pas chose facile. La preuve, pour Aquilina que M. Nassar semble n’avoir rien à se reprocher et reste un danger aux yeux de tous.

Lire aussi > Scandale sexuel dans la gym américaine : « Oui, j’ai abusé de ces filles »

Et pour appuyer fermement son jugement, Rosemarie Aquilina a fait un geste qui depuis se répète en boucle sur les réseaux. La lettre en main et le regard fixé sur le condamné, elle jette la feuille de papier comme pour lui dire : « Vous êtes coupable, et vous le savez ». À celui qui – pour elle – ne mérite pas de vivre en dehors d’une prison, la juge a lancé : « L’inaction est l’inaction, le silence est l’indifférence, la justice exige une voix, et c’est ce qu’il s’est passé dans cette cour ».

Partagé plusieurs milliers de fois sur les réseaux sociaux, le GIF résume efficacement et sans un mot la disgrâce du célèbre Larry Nassar déchu. L’affaire a fait tomber d’autres têtes au sein de la Fédération américaine de gymnastique, USA Gymnastics, accusée d’avoir tardé à dénoncer les agissements de son médecin phare. Le comité national olympique quant à lui, où Larry Nassar officiait, est également dans la ligne de mire.

CIM Internet