Paris Match Belgique

Uber : Pourquoi les conductrices gagnent moins que les conducteurs

uber

Ceci n'a rien à voir avec le sexisme, selon Uber. | © Pexels

Société

Les hommes qui conduisent pour Uber gagnent en moyenne 7% de plus que les femmes, d’après une étude menée auprès de plus d’un million de conducteurs et conductrices.

Alors que la « gig economy », l’économie des petits boulots, devait être, selon certains, la solution pour une société égale entre les sexes, une nouvelle étude sur Uber vient rattraper la réalité actuelle : les femmes sont moins payées que les hommes. Après avoir interrogé plus de 1,8 million de conducteurs, dont 27% étaient des femmes, cette étude menée par l’Université de Stanford, de Chicago et la propre équipe économique d’Uber révèle que les hommes gagnant 7% de plus par heure que les femmes. Elles gagnent en effet 1,24$, soit 1€, de moins par heure que ses homologues masculins, cela fait en moyenne une perte de 130$ par semaine, soit environ 105€, selon The Verge.

Lire aussi > Uber Freight : une nouvelle application pour le transport de marchandises par camions

Des résultats surprenants, précise le site américain, puisque l’entreprise a longtemps affirmé que ses algorithmes qui déterminent le salaire de ses employés ne prenaient pas en compte le genre, la sexualité ou les origines.

Pas du sexisme…

« Dans l’ensemble, nos résultats suggèrent que, même dans l’environnement flexible, transactionnel et non sexiste de la ‘gig economy’, les préférences fondées sur le sexe (…) peuvent engendrer des inégalités salariales », conclut l’étude. Selon Uber, il n’y a aucune preuve que la discrimination pure et simple, que ce soit par l’application ou par les coureurs, conduise à un écart de revenus entre les sexes.

Lire aussi > Permis de conduire : Tout savoir sur les changements en Wallonie en un seul clic

Mais si ce n’est pas du sexisme, pourquoi cette inégalité salariale ? Les chercheurs présentent plusieurs raisons : les hommes ont plus d’expérience sur la plateforme, ils conduisent lors des heures plus lucratives et choisissent des endroits où le trafic est plus important et conduisent généralement plus vite que les femmes.

…mais les femmes ont des « contraintes »

Pour John List, auteur de l’étude et professeur en Economie à l’Université de Chicago, il faut prendre également certaines « contraintes » en compte. « Les femmes ont plus de contraintes – à savoir, emmener l’enfant à l’école le matin, devoir emmener Johnny à son match de football. Et je pense que ces contraintes conduisent alors les femmes à recevoir moins d’expérience », et donc d’argent. Si les résultats présentés ne sont pas sexistes, la justification des raisons apportée par John List, qui est également le chef économique chez Uber, représente encore le couple comme la maman à la maison, le papa au travail.

Lire aussi > La dessinatrice Emma : « Aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux, ce n’est plus possible d’ignorer la parole des femmes »

Pour Rebecca Diamond de l’Université de Stanford, cette étude montre que l’inégalité salariale a encore de beaux jours devant elle. « À moins que d’une manière ou d’une autre, les choses dans notre société ne changent vraiment en général, à savoir comment les hommes et les femmes font des choix concernant leur vie, plus que simplement dans leur travail », comme les répartitions des tâches à la maison.

CIM Internet