Paris Match Belgique

Oxfam impliquée dans un scandale de prostitution en Haïti

Image d'illustration. | © EPA/ANDRES MARTINEZ CASARES

Société

« Profondément choquée » par ces révélations, la branche belge d’Oxfam a présenté ses excuses au nom de l’ONG.

 

Ils étaient censés leur venir en aide, au lieu de quoi ils les auraient sexuellement exploitées. Dépêchés à Haïti après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, des cadres de l’ONG britannique Oxfam en auraient profité pour engager des prostituées pendant leur mission. C’est en tous cas ce que révélait le Times ce vendredi 9 février, plongeant l’organisation humanitaire dans la tourmente.

Lire aussi > République dominicaine et Haïti, l’enfer au paradis

Selon le journal britannique, les travailleuses du sexe auraient participé à des orgies dans des logements et des hôtels payés par l’ONG. Ainsi, d’après une source qui prétend avoir visionné des images d’une de ces soirées, les prostituées (éventuellement mineures) y étaient vêtues de t-shirts Oxfam.

Plusieurs employés licenciés, dont un Belge

En 2011, l’association avait débuté une enquête en interne révélant une « culture d’impunité » parmi les employés, précise le Times. Le responsable d’Oxfam à Haïti, le Belge Roland van Hauwermeiren, avait démissionné sans subir de sanctions disciplinaires, bien qu’il ait supposément reconnu avoir engagé des prostituées. Deux autres hommes auraient démissionné et quatre autres auraient été renvoyés. Or, la justice haïtienne n’a jamais été informée de l’affaire.

Lire aussi > L’hommage à Haïti d’un journaliste de CNN en réponse à Donald Trump

Suite aux récentes révélations, l’asbl s’est aussitôt défendue dans un communiqué en condamnant le comportement « totalement inacceptable » de certains membres de son staff en Haiti qui ont porté atteinte aux « valeurs et standards qu’on attend de notre personnel ». Elle précise néanmoins que les « allégations d’abus sexuel sur mineures n’ont pas été prouvées » et réfute les accusations sur sa volonté de faire passer le scandale sous silence. Dans une interview accordée au Telegraph, l’ONG affirme que « ce n’était pas une dissimulation : Oxfam traite très sérieusement toutes les allégations d’inconduite ». Sur Twitter, l’ONG s’est également adressée à ses donateurs : « Nous espérons pouvoir reconstruire notre confiance auprès de nos supporters qui savent, comme nous, que les actions de quelques-uns ne représentent pas tout ce qu’Oxfam représente ».

La branche belge « choquée »

Le secrétaire général de la branche belge d’Oxfam Solidarité, Stefaan Declercq, s’est dit « profondément choqué » par ces révélations. « Je présente mes excuses au nom d’Oxfam. Je ne veux pas me cacher derrière le fait que ces personnes n’appartenaient pas à la branche belge de l’ONG », a-t-il affirmé, ajoutant qu’aucun employé d’Oxfam Belgique ne se trouvait sur place en 2010. Quant au responsable d’Oxfam à Haïti, le Belge Roland van Hauwermeiren employé par l’antenne britannique, « il n’a jamais travaillé pour nous », a précisé M. Declercq.

Lire aussi > Oxfam dénonce toujours plus la concentration des richesses

Stefaan Declercq rappelle par ailleurs que les employés d’Oxfam sont tenus de se conformer au code de conduite de l’organisation. Depuis lors, « nous avons également élaboré un plan d’action qui vise à plus de transparence. Un point de contact a notamment été mis en place pour dénoncer les comportements suspects et nous avons des personnes de confiance auxquelles le personnel peut se référer en cas de besoin », conclut-il.

– Avec Belga

CIM Internet