Paris Match Belgique

Des sosies de Donald Trump et Kim Jong-Un font sensation

Les deux sosies à PyeongChang. | © AFP PHOTO / MOHD RASFAN

Société

À Pyeongchang, deux hommes se sont « transformés » en Donald Trump et Kim Jong-Un pour promouvoir la paix entre les États-Unis et la Corée du Nord.

D’après un article de Paris Match France

Deux sosies du président américain Donald Trump et du leader nord-coréen Kim Jong-Un ont été éconduits du stade où se tenait vendredi soir la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang, a constaté un journaliste de l’AFP. Le faux Donald Trump, les cheveux blonds et le teint orangé, était coiffé d’une casquette rouge où était inscrit « USA ». Le sosie de Kim Jong-Un portait lui les cheveux très courts, coiffure caractéristique du numéro un nord-coréen et un manteau foncé.

Lire aussi > Notre dossier JO de PyeongChang 2018

©Kyodo/MAXPPP

Alors que la cérémonie d’ouverture avait débuté depuis environ 45 minutes, les deux hommes ont remonté la tribune, accompagnés de bénévoles et d’officiels qui les ont reconduits à la sortie sans incidents. Leur passage au niveau de la tribune de presse a provoqué un léger attroupement. « Ce que je voudrais accomplir en venant en Corée du Sud pour les Jeux olympiques d’hiver, c’est montrer au monde ce à quoi pourrait ressembler la paix si ces deux leaders s’entendaient. Ce que je veux dire par-là, c’est que nous nous entendons personnellement, alors je crois que si Donald Trump et Kim Jong-Un se parlaient, ils s’entendraient probablement. Alors commençons à parler et arrêtons avec les missiles et tout le reste. Nous voulons la paix, tout le monde veut la paix. Personne ne veut la guerre », a expliqué Alan, sosie de Kim Jong-Un.

Lire aussi > « Bonaly », la figure rebelle (et interdite) du patinage artistique

Les Jeux de Pyeongchang, qui se veulent des Jeux de la Paix, ont été qualifiés « d’historiques » par le président du CIO, Thomas Bach, en raison de la présence d’une délégation la Corée du Nord, qui avait boycotté les JO d’été de Séoul en 1988.

CIM Internet