Paris Match Belgique

Les produits ménagers sont aussi dangereux que la cigarette

produits ménagers

Surtout pour les femmes. | © Flickr/Elaine Smith

Société

Des chercheurs norvégiens ont prouvé les effets nocifs de certains produits ménagers sur nos poumons. Surtout sur ceux des femmes.

Sans surprise, certains sprays ménagers sont dangereux pour la santé. Leurs effets seraient même comparables au tabagisme, suggère une étude menée par des chercheurs de l’Université de Bergen en Norvège et citée par Slate. L’utilisation régulière de certains produits ménagers provoquerait en effet autant de dégâts sur les poumons que le fait de fumer 20 cigarettes par jour pendant 10 à 20 ans.

Lire aussi > Le tabac, c’est tabou, et la cigarette électronique, c’est pas fantastique

Pour arriver à un telle conclusion, ils ont suivi 6 235 participants âgés en moyenne de 34 ans au début de l’étude et analysé leur santé respiratoire sur une période de plus de 20 ans. L’étude montre un incontestable déclin accéléré de la santé pulmonaire des femmes qui utilisaient régulièrement ce type de produits.

Un problème féminin

Moins sexiste que factuelle, cette dernière phrase ne s’adresse qu’aux femmes puisque aucun effet délétère n’a été trouvé chez les hommes, y compris les agents d’entretien. Leur exposition aux produits ménagers était probablement différente de celle des femmes travaillant comme professionnels, explique l’étude.

Dans la sphère privée, le constat est le même, mais révèle une autre réalité, mise en lumière par la dessinatrice Emma : la charge mentale et la répartition inéquitable des tâches ménagères à la maison.

Lire aussi > Après « La charge mentale », la dessinatrice Emma lève un nouveau tabou sur les inégalités hommes-femmes

Selon l’étude, les femmes qui utilisent fréquemment à des produits chimiques de nettoyage irritants pour les membranes muqueuses tapissant les voies respiratoires s’exposeraient à des insuffisances pulmonaires extrêmement fortes. L’étude montre par ailleurs, rapporte La Parisienne, que l’asthme est plus prévalent chez les femmes qui faisaient du ménage à la maison (12,3 %) ou au travail (13,7 %) par rapport à celles qui ne faisaient pas le ménage (9,6 %).

CIM Internet