Paris Match Belgique

S’enregistrer comme donneur d’organe en ligne sera bientôt possible

1.292 Belges sont actuellement sur des listes d'attente. | © ©PHOTOPQR/L'ALSACE

Société

 

La semaine dernière, le parlement néerlandais approuvait une loi rendant le don d’organes presque systématique. Tous les citoyens majeurs seront désormais enregistrés comme donneurs d’organes, sauf s’ils le refusent explicitement. Dans les prochains mois, nos voisins vont ainsi recevoir deux mails et devront donner leur accord, ou non, pour faire don de leurs organes. Si ceux-ci restent sans réponse, ils sont automatiquement inscrits sur la liste des donneurs. Chez nous, cette disposition existe déjà. Une proposition de loi – discutée aujourd’hui en commission – parcourt actuellement le chemin législatif pour simplifier la procédure.

Que dit la loi ?

Le système belge prévoit que chacun est un donneur potentiel, sauf s’il s’exprime explicitement contre. En cas de décès, la famille peut toutefois refuser que ses organes soient prélevés. Pour s’enregistrer en tant que donneur, ou pour marquer son désaccord, il faut se rendre au service population de sa commune. Mais vu les besoins toujours plus importants en la matière, cet enregistrement pourrait être simplifié. Ainsi, il s’effectuerait soit via le médecin traitement, soit via la carte d’identité électronique. Les prestataires de soin, notamment les urgences, seront donc en mesure de consulter cette information en ligne.

Avoir besoin d’un organe : ça n’arrive pas qu’aux autres

Ces dernières années, les campagnes de sensibilisation se sont mutipliées. Et pour cause : aujourd’hui, la probabilité d’avoir un jour besoin d’un organe est huit fois plus grande que celle de pouvoir faire don de ses organes. Il y a deux ans, Bouli Lanners, alors à l’affiche du film français Réparer les vivants, avait participé à l’une de ces campagnes. Son message : « Donner nos organes, c’est sauver jusqu’à sept vies quand la nôtre nous échappe ».

 

La Belgique figure parmi les meilleurs élèves du réseau Eurotransplant, qui regroupe huit pays européens. Avec 30,6 donneurs d’organes (après le décès) par million d’habitants, notre pays se place au deuxième rang des pays du réseau, derrière la Croatie (31,8 par million). En ce qui concerne les dons d’organes de son vivant, la Belgique décroche la première place. Le pays est également numéro un en termes de nombre de transplantations.

Actuellement, 1.292 Belges figurent sur les listes d’attente. 272.246 donneurs sont enregistrés, contre 193.149 non-donneurs en 2017. Malgré cela, l’offre ne parvient pas encore à rencontre la demande.

Lire aussi : Don d’organes, don de vie : le Belge est dans le top européen mais peut mieux faire

 

CIM Internet