Paris Match Belgique

Un Belge sur cinq accro à son boulot

(photo d'illustration) | © rawpixel.com

Société

Une étude publiée par Securex ce lundi a révélé qu'un Belge sur cinq (17%) entretiendrait une relation d'addiction avec son emploi.

 

Pour arriver à ce constat, Securex a mené son étude auprès de 1 552 travailleurs belges en janvier et février 2017. Résultat : ces 17% des Belges "accro" à leur emploi ont le sentiment qu'ils "doivent" travailler parce que c'est leur devoir ou parce qu'à défaut, ils se sentent coupables, explique la société de ressources humaines dans un communiqué de presse. Pourtant "l'impact de l'addiction au travail se fait sentir tant à la maison qu'au travail", conclut Securex.

Deux tiers d'entre eux (66%) reconnaissent que le travail a une influence négative sur leur santé, plus encore (83%) affirment éprouver du stress. Un quart d'entre eux, de même que des travailleurs compulsifs, courent également un risque accru de burn-out (25 %).

Lire aussi > Du rôle primordial de la sieste au travail

Securex distingue en effet quatre types de travailleurs : les "accros au travail" (17%), les "ordinaires" (61%), les "compulsifs" (11%) et les "assidus" (12%). "Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les accros au travail ne sont pas nécessairement plus motivés à travailler que leurs collègues. En revanche, leur motivation est différente. Et comme leur motivation part du sentiment négatif qu'ils 'doivent' travailler, leurs prestations sont de moindre qualité", explique Hermina Van Coillie, experte en ressources humaines chez Securex.

Les accros au travail et les travailleurs compulsifs se rendent moins souvent avec plaisir à leur travail (63 %) comparé à leurs collègues travailleurs assidus ou ordinaires (73%). Près de neuf accros au travail sur dix (86%) disent avoir trop de travail et prestent plus d'heures supplémentaires qu'ils ne le souhaitent, alors que cela n'est le cas que dans une moindre mesure pour les autres travailleurs.

Enfin, comme les accros au travail pointent l'impact de leur emploi sur leur santé et leur niveau de stress, ils se portent fréquemment malades - de même que les travailleurs compulsifs. 21% d'entre eux sont absents trois fois par an ou plus pour cause de maladie ou en raison d'un accident domestique, contre 13% chez les travailleurs ordinaires. "Ne travaillez pas par obligation, mais bien par choix !", recommande en fin de compte Securex.

 

(Avec Belga)

Mots-clés:
Belgique étude travail job
CIM Internet