Paris Match Belgique

Quand Facebook censure une statuette de Vénus vieille de 30 000 ans

Postée dans un message Facebook fin décembre dernier, la photo de la Vénus de Willendorf a rapidement été supprimée. | © EPA/BARBARA GINDL

Société

La statuette est la « représentation préhistorique de femme la plus populaire et la plus connue au monde ».

 

On se souvient de L’Origine du monde qui, en février 2011, avait fait couler beaucoup d’encre. Accusé de confondre oeuvre d’art et pornographie, Facebook avait censuré le compte personnel d’un enseignant français qui avait partagé le célèbre tableau de Gustave Courbet sur les réseaux.

Chef d’oeuvre de l’art paléolithique

Aujourd’hui, c’est au tour de la Vénus de Willendorf d’être bannie du réseau social. Cette figurine, vieille de près de 30 000 ans, est considérée comme un chef d’oeuvre de l’art paléolithique. Et non pornographique, comme pourrait le prétendre Facebook. Car pour le réseau social, la statuette représentant une femme nue et plantureuse, c’est censure et sans discussion. Postée dans un message fin décembre dernier par une « activiste des arts » italienne, Laura Ghianda, la photo a rapidement été supprimée.

Lire aussi > Quand Instagram décide de ce qui est montrable et de ce qui l’est moins

Une décision qui a suscité surprise et indignation au Museum d’histoire naturelle de Vienne (NHM) où l’oeuvre originale est exposée. Découverte dans le village autrichien éponyme au début du XXe siècle, la Vénus de Willendorf est « la représentation préhistorique de femme la plus populaire et la plus connue au monde », a précisé le musée qui a aussitôt prié Facebook de laisser à la Vénus la liberté de rester nue. « Les visiteurs ne se sont jamais plaints de la nudité de la figurine », a déclaré Christian Koeberl, directeur général du NHM. « Il n’y a aucune raison de […] couvrir la Vénus de Willendorf et de cacher sa nudité, ni dans le musée ni sur les réseaux sociaux. »

Pour le musée qui a d’ailleurs réagi directement sur le réseau social, « un objet archéologique, et tout particulièrement une icône de ce type, ne doit pas être interdit sur Facebook, pas plus qu’aucune autre œuvre d’art ».

 

 

CIM Internet