Paris Match Belgique

Pourquoi « On a chopé la puberté » suscite la polémique

Les pipelettes auraient visiblement mieux fait de se taire... | © Editions Milan

Société

« Tiens-toi hyper-droite pour faire paraître tes seins plus gros ». Un extrait parmi tant d’autres du livre On a chopé la puberté, dont le propos perçu comme fondamentalement sexiste suscite la polémique sur les réseaux. Une polémique dont se défend l’éditeur du livre. 

Acné, poils et protections hygiéniques, la couverture est un joyeux imbroglio des aléas de la puberté, qui voit soudain les jambes se recouvrir de duvet au même rythme que les boutons s’installent sur les joues. Un tourbillon hormonal pas toujours facile à comprendre ou à gérer et que les éditions Milan ont voulu tenter de dédramatiser avec leur dernier ouvrage qui s’inscrit dans la collection des Pipelettes. Soit quatre copines qui n’ont pas leur langue dans leur poche et qui dispensent pour l’occasion une série de conseils et « bons mots » difficile à avaler pour les internautes. Outre l’importance de se tenir droite pour mettre sa poitrine en avant, l’ouvrage souligne que les lectrices pubères ont enfin « le droit de porter du fard à paupières, du gloss, voire du mascara » et met en garde : « les gros lolos attirent aussi les gros lourds« . Autant d’extraits qui se veulent drôles mais font plutôt grincer des dents à l’ère du mouvement #MeToo et de la généralisation de la lutte contre les discriminations sexistes. Car pour les détracteurs du livre, ça ne fait pas un pli : On a chopé la puberté est sexiste au possible.

Editions Milan

Plaire grâce à sa poitrine

Dont acte : dans le classement des « trucs cool avec la puberté » on retrouve ainsi la possibilité de plaire grâce à sa poitrine, d’emprunter les chaussures à talons de sa mère ou encore de faire son shopping dans des boutiques de « grande ».

Grâce à tes seins en plein développement, tu as enfin attiré le regard du bel Ethan, dont tu es secrètement amoureuse depuis la maternelle.
– On a chopé la puberté

Et si ses remarques maladroites pourraient être faites oralement par une tante un peu sur la touche ou toute autre grande personne maladroite mais pas méchante, à l’écrit, elles posent problème. D’autant que certains chapitres auraient des tonalités carrément racistes : la rubrique consacrée aux changements corporels qui accompagnent la puberté compare ainsi cette prise de formes aux « fesses de Beyoncé ». Et les commentaires fâchés de se multiplier sur la page Facebook des éditions Milan.

Lire aussi > Le bad buzz de Kim K sur la grippe pouvant être « un régime formidable »

Emma

Si certains choisissent l’humour pour exprimer leur mécontentement ( « Milan… de retard » ) d’autres y vont plus franchement : « l »érotisation du corps de la fille est absolument catastrophique », « gênant,ringard, démodé et réac » ou encore « c’est exactement à cause de ce genre d’écrits que des ados vont être mal dans leur peau car socialement pas féminine ». Des commentaires postés sur toutes les publications de la page, qu’elles parlent ou non de l’ouvrage, une BD illustrée par Emma pour dénoncer le livre, une pétition qui demande qu’il soit retiré des ventes et qui a déjà recueilli plus de 23 000 signatures… soit un bad buzz violent comme une poussée d’acné auquel la maison d’édition a bien du réagir. Sans parvenir à calmer la polémique pour autant.

Humour qui passe mal

Dans un communiqué diffusé suite au bad buzz engrangé par On a chopé la puberté, les éditions Milan évoquent la carte de l’humour pour expliquer certains extraits qui dérangent. « Le livre On a chopé la puberté a fait réagir ces jours-ci. C’est un ouvrage documentaire au ton volontairement décalé et humoristique destiné à dédramatiser une période souvent difficile à vivre à l’adolescence. C’est un livre avec un message positif : « tout va bien se passer ». Il faut le lire en entier pour en comprendre le message ».

Le livre rejette tout ce qui empêche les filles de grandir sereinement, dans le respect de leur identité et de leur corps. Les auteurs expliquent simplement, et au second degré, ce qui se passe dans le corps et la tête des adolescentes durant cette période… et aborde également ce qui se passe chez les garçons. Parce que la puberté, ça n’arrive pas qu’aux filles.
– Editions Milan

Et la maison d’édition d’ajouter que « Milan est, depuis toujours, un éditeur engagé aux côtés des filles et des garçons, pour les accompagner dans leur découverte du monde, sans dogmes ni prédicats, à hauteur d’enfants et d’adolescents qui ont le droit de se poser toutes les questions qu’ils souhaitent ». Reste qu’au vu de l’indignation des internautes, cela ne fait pas un pli : les tentatives de réponses apportées par l’ouvrage à ces questions sont tout bonnement inacceptables.

CIM Internet