Paris Match Belgique

Un Uber plutôt qu’une ambulance, une tendance risquée

Dans le but d’économiser de l’argent, de nombreux Américains ont recours à Uber pour les amener à l’hôpital. | © Pexels

Société

Une nouvelle étude démontre que les malades sont de plus en plus nombreux à préférer appeler un VTC que l’hôpital.

C’est ce qu’on appelle une conduite à risques. Dans le but d’économiser de l’argent, de nombreux Américains ont recours à Uber pour les amener à l’hôpital.  De son côté, la compagnie de VTC semble entériner la tendance en lançant Uber Health, un service taillé pour les établissements de santé.

Santé économique

Une étude publiée en octobre 2017 aux États-Unis avance que le trafic des ambulances aurait diminué de 7% depuis l’arrivée fracassante d’Uber dans les villes. Le système de santé américain étant loin d’être parfait, les patients pensent avant tout à la bonne santé de… leur porte-feuille. En plus de quelques économies, ils considéreraient ce moyen de transport comme plus rapide.

Lire aussi > Uber : Pourquoi les conductrices gagnent moins que les conducteurs

Les chauffeurs dans une situation délicate

Le chauffeur qui accepte la course est lié au client par un contrat tacite. Il est censé l’amener là où il le souhaite. Et ce, même si elle le mène à l’hôpital le plus proche avec un malade sur la banquette arrière. C’est comme ça qu’il gagne (en partie) sa vie. Le fait est que, n’étant pas salarié d’Uber, il en devient légalement responsable.

J’étais nerveux, mais je n’ai rien fait

Selon BuzzFeed, qui s’est penché sur le phénomène, les chauffeurs seraient laissés dans le flou par la compagnie de VTC. « J’étais nerveux, mais je n’ai rien fait », déplore l’un d’entre eux suite à une course de ce genre faite à 2 heures du matin.  « Il était vraiment mal en point ». De son côté Uber explique qu’il encourage ses conducteurs a appeler le 911, le numéro d’urgence américain.

Lire aussi > Avec #BalanceTonHosto, les professionnels de la santé dénoncent leurs conditions de travail

« Uber Health », à la croisée des chemins

En parallèle, Uber vient de lancer son nouveau service : « Uber Health ». Cette variante de l’application permet aux hôpitaux et aux cliniques de commander un véhicule pour leurs patients explique Business Insider. « C’est rapide et efficace, mais ce n’est certainement pas une ambulance », souligne Chris Weber, le directeur général du projet.  Un moyen de remettre les établissements de santé au cœur de l’organisation et d’éviter les dérives.

CIM Internet