Paris Match Belgique

La police de New York se dit prête à arrêter Harvey Weinstein

En novembre, la police avait indiqué que son enquête se basait notamment sur le témoignage de l'actrice Paz de La Huerta. | © Thomas Hawk/flickr

Société

Les autorités de New York viennent d'annoncer qu'elles avaient récolté toutes les preuves nécessaires à l'arrestation d'Harvey Weinstein. Il ne manquerait désormais plus que le feu vert du procureur.

La justice a pris son temps pour bâtir un dossier solide. Ciblé par plusieurs dizaines d'accusations pour harcèlement et agression sexuelle ainsi que de viol, Harvey Weinstein pourrait bientôt se voir passer les menottes. Le "paria d'Hollywood", qui a provoqué (bien malgré lui) les mouvements #balancetonporc et #metoo, reste retranché pour "se soigner" dans une luxueuse clinique. Mais sa retraite pourrait bientôt prendre fin. Le chef de la police de New York, Robert Boyce, a déclaré ce mercredi 7 mars que les détectives avaient recueilli un nombre considérable de preuves dans l'affaire d'harcèlement sexuel dont a été accusé Harvey Weinstein. Robert Boyce a cependant précisé au Daily News « qu'ils accumulaient encore des preuves » et qu'ils attendaient l'accord du bureau du procureur avant de passer les menottes aux poignets du producteur américain.

Lire aussi > Harvey Weinstein sort le peignoir sur Hollywood Boulevard

Selon une source anonyme de la police, il ne s'agirait plus que d'une question de jours : « Nous sommes prêts à partir avec une arrestation », des propos rapportés dans le Guardian. Le bureau du procureur n'a cependant fait aucun commentaire à ce sujet.

 

Le producteur Harvey Weinstein est ciblé par plusieurs dizaines d'accusations pour harcèlement et agression sexuelle ainsi que de viol. EPA/PETER FOLEY

Des témoignages comme preuves

En novembre, la police avait indiqué qu'elle basait notamment son enquête sur le témoignage de l'actrice Paz de La Huerta, pour son « récit crédible et détaillé ». Selon les dires de l'actrice, Harvey Weinstein l'aurait violée deux fois en 2010. Depuis lors, l'enquête s'est poursuivi avec l'interview d'autres femmes se disant victimes de l'homme. Les autorités ont également recherché des dossiers téléphoniques, commerciaux et médicaux pouvant incriminer ou pas le producteur.

Lire aussi > Jennifer Lawrence sur Harvey Weinstein : « J’ai eu envie de le tuer »

Jusqu'à présent, les avocats de Weinstein ont dit qu'il réfutait toute revendication de rapports sexuels non consentis et qu'ils répondraient dans n'importe quel « forum juridique approprié, si nécessaire », peut-on lire dans le Guardian.

CIM Internet