Paris Match Belgique

Damso fait se déchainer ses fans et remercie les "misandres et féministes"

Damso s'est enfin exprimé - avec des mots - sur les réseaux sociaux. | © DR

Société

Damso a encore frappé. D'un coup particulièrement douteux, qui laisse de sa polémique-spectacle un drôle de goût - amer.

On avait presque un peu de sympathie pour l'artiste attaqué de toutes parts depuis quelques semaines, avant même qu'il ait sorti un morceau déjà incriminé. Presque un peu de respect pour son esprit stratège, alors que l'Union belge le lâchait, et que le rappeur en profitait pour sortir un extrait inédit. Mais les derniers mots de Damso, qui s'exprime d'ordinaire avec peu de mots sur les réseaux sociaux, ont balayé toute tendresse pour celui qui semble avoir choisi son camp : celui de l'appât du gain, au détriment du respect d'autrui... et des femmes, force est de le constater.

Lire aussi > Damso dévoile ce qui pourrait bien être son titre pour les Diables rouges

"Mesdames et mesdemoiselles, misandres et féministes", commence-t-il dans des propos publiés sur Twitter, en rapprochant étrangement celles qui "méprisent les hommes" et celles qui luttent pour leur droit à l'égalité. "Je vous pardonne et vous remercie pour cette confusion à mon égard. Cette promo est exactement ce qu'il me fallait pour mon album Lithopédion qui sort le 15 juin de cette année ». Le rappeur belge, qui dit ne pas "trouver les mots", termine par un très douteux "Je vous embrasse tendrement là où ça fait du bien ».

Un message qui a déjà généré près de 7 000 retweets ravis de fans, dont certains ne manquent d'arroser copieusement les femmes d'injures et d'appels au viol depuis l'emballement de la polémique autour de l'artiste ce 8 mars.

Des commentaires qui sont allés jusqu'aux menaces et que la journaliste Aurore Peignois dénonçait pas plus tard qu'hier sur les réseaux sociaux. Invitée en novembre dernier sur BX1 pour échanger autour du choix de l'Union belge pour l'hymne des diables, un extrait de l'émission a été repartagé par la chaine bruxelloise le 9 mars. "La télé isole pour ses réseaux sociaux un extrait, Damso le republie sur son instagram », décrit-elle. S'en suivent une série de commentaires particulièrement agressifs de la part des followers de Damso. "À AUCUN MOMENT cet artiste n’a RECADRÉ SES FANS. S’est-il amusé de ces appels à la violence ? », déplore et interroge la journaliste sur son compte Facebook.

©Capture Instagram réalisée par Aurore Peignois.

Les femmes harcelées, Damso n'en a que faire

"Pour moi, le danger et le problème sont surtout là. J’avais espoir qu’à l’écoute de ses textes, chacun avait l’intelligence, le respect et la maturité de prendre de la distance. Après près de 3 000 commentaires (et 400 000 vues de l’extrait) (...) : ma conclusion est NON NON NON », termine-t-elle, soulagée de ne pas avoir été identifiée par BX1, évitant par là probablement bien d'autres agressions. Car Aurore Peignois n'a pas manqué de rappeler les ignobles réactions reçues par la journaliste française et féministe Nadia Daam, cyberharcelée et menacée jusque devant son domicile par des internautes masculins, après un billet sur une appli "anti-relous ».

Lire aussi > Comment les créateurs d’un « numéro anti-relous » se sont retrouvés victimes de menaces de mort

Que Damso le veuille ou non, ses provocations, l'usage de mots dont il ne semble manifestement pas comprendre le sens et la portée, et son absence de réaction quand ses paires sont menacées dans leur être sont la preuve qu'il y avait peut-être bien du soucis à se faire quant à sa collaboration avec les Diables rouges.

CIM Internet