Paris Match Belgique

La « maladie X » sera-t-elle la prochaine épidémie mondiale meurtrière ?

Image d'illustration. | © Flickr : Pulpolux !!!

Société

Les experts de l’Organisation mondiale de la Santé mettent en garde contre une future probable épidémie mondiale et meurtrière.

 

Il pourrait bien s’agir de la prochaine épidémie mondiale, sauf qu’on ne sait absolument rien d’elle.

Lire aussi > La peste, la mort noire qui fait trembler Madagascar

Les scientifiques l’ont surnommé la « maladie X ». Un agent pathogène encore inconnu mais qui, pour les experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), mérite déjà toute notre attention. Parce que sa menace semble imminente, voire inévitable, cette mystérieuse maladie figure désormais dans la liste de l’OMS des épidémies les plus dangereuses au monde, aux côtés des redoutables virus Ebola ou encore Zika.

Être prêt à tout éventualité

« La maladie X représente la certitude qu’une grave épidémie internationale pourrait être provoquée par un agent pathogène pour le moment inconnu et qui provoquerait des pertes humaines », a prévenu l’OMS. « L’histoire démontre que la prochaine grande pandémie sera quelque chose qu’on n’a jamais vu avant », alerte dans le Telegraph John-Arme Rottingen, directeur général du Conseil norvégien de la recherche et conseiller scientifique à l’OMS.

Lire aussi > La maladie des « cerfs zombies » inquiète de plus en plus les scientifiques (et nous aussi)

Si pour l’instant, l’origine autant que les effets de cette maladie demeurent inconnus, l’idée pour les scientifiques est avant tout de préparer le terrain afin de stimuler les efforts de la recherche et lutter contre toute menace probable. « Il peut sembler étrange d’ajouter un ‘X’, mais il s’agit de s’assurer que nous préparons et planifions de manière flexible des tests de diagnostic et des systèmes qui nous permettront de créer des contre-mesures le plus rapidement possible », poursuit M. Rottingen. Une manière de mieux appréhender les risques de certains virus, comme Ebola en 2014 qui a fait 11 000 victimes en Afrique de l’Ouest. « Nous voulons être sûrs d’être prêt à toute éventualité. Nous voulons créer des systèmes “prêts à l’emploi” qui s’adapteraient à n’importe quels types de maladies et qui nous permettraient de créer des contre-mesures le plus rapidement possible », conclut le scientifique.

CIM Internet