Paris Match Belgique

La polémique Damso « a bien fait marrer » Vincent Kompany

Vincent Kompany qualifie cette polémique de "surréaliste". | © Belgium's Vincent Kompany pictured during a press moment of Belgian national soccer team the Red Devils, during preparations for the friendly game between the Red Devils and Saudi Arabia, in Tubize, Thursday 22 March 2018. BELGA PHOTO BRUNO FAHY

Société

Le capitaine des Diables rouges estime que le grand gagnant de l’histoire n’est autre que Damso.

Vincent Kompany s’est exprimé sur la polémique Damso, du nom du rappeur bruxellois à qui l’Union belge de football avait confié la rédaction et l’interprétation de l’hymne des Diables Rouges pour la Coupe du monde en Russie avant de faire marche arrière. « Cela m’a fait rire, je me suis vraiment marré », a avoué le capitaine de la Belgique jeudi. « C’est surréaliste, mais c’est nous même qui nous nous sommes mis dans une telle situation. »

Le surréalisme belge, toujours lui

« Il n’y a que nous pour créer ça tout seul. Il faut séparer deux choses. Il y a d’un côté un artiste qui exerce son art, qui monte sur scène, qui vend des albums, ce n’est pas à nous de juger ce qu’il fait, ni les médias, c’est le public. C’est lui qui est seul juge de sa popularité. Maintenant, le fait pour la fédération de ne pas avoir anticipé les problèmes, c’est surréaliste et cela m’a fait rire, parce que nous nous sommes mis tout seul dans cette situation. Maintenant, le grand gagnant de cette histoire, c’est lui, c’est sûr. »

Lire aussi > Roméo Elvis était le premier choix pour l’hymne des Diables avant Damso

Sous la pression, l’Union belge avait, début mars, renoncer à son action avec Damso face aux critiques qui s’étaient multipliées, notamment de la part de l’association féministe, le Conseil des femmes francophones, qui avait interpellé les sponsors de l’équipe nationale sur le sujet. L’Union belge avait indiqué toutefois « déplorer au plus haut point la controverse sociale », précisant que la collaboration avec Damso avait été arrêtée « de commun accord ».

CIM Internet