Paris Match Belgique

Dans une école française, les chats sont des élèves (pas) comme les autres

La présence des chats a pour but de calmer les élèves et de les aider à se concentrer en classe. | © Pexels

Société

En France, une école accueille un élève un peu particulier : le chat. Grâce à son ronronnement au pouvoir relaxant, le félin est devenu la star des enfants.

Étalée de tout son long sur le cahier de cours d’un élève, Duchesse réclame quelques calins. Le ronronnement de la féline accompagne le bruit de stylo des enfants qui grattent sur leur feuille. C’est ce son que recherchent les élèves, car il les aiderait à se concentrer pendant les cours. On appelle cela la ronronthérapie : les vibrations soutenues, à basse fréquence, ont un effet apaisant. Une thérapie en laquelle croit Michèle Bourton, directrice d’une école française qui accepte les chats dans les salles de classe.

Lire aussi > Basil, le « chien de thérapie » qui accompagne les personnes aux funérailles

Il y a cinq ans, elle décide d’ouvrir son établissement à l’Isle-sur-la-Sorgue, qui compte à présent 70 élèves, mais aussi une dizaine de chats. Les félins sont libres d’entrer et de sortir comme ils le souhaitent grâce à une chatière, et les professeurs veillent toujours à laisser les portes des classes entrebâillées. Petits matous circulent à leur guise et grimpent sur les bureaux.

Le ronronnement pour détendre les enfants

La présence des chats a pour but de calmer les élèves et de les aider à se concentrer en classe. Mais la tâche n’est pas toujours facile lorsque la féline malicieuse, Duchesse, exige des gratouilles. « Le ronronnement utilise le même chemin dans le cerveau, à travers le circuit hippocampe-amygdale, une structure étroitement liée au déclenchement de la peur », explique le spécialiste français de la ronronthérapie, Jean-Yves Gauchet. « Écouter ce doux bruit entraîne une production de sérotonine, l’“hormone du bonheur”, impliquée dans la qualité de notre sommeil et de notre humeur », des propos rapportés par Psychologies.

Le chat cherche à s’apaiser

Mais d’après le spécialiste, le chat ronronne avant tout pour lui : tant en s’endormant qu’en recevant des caresses, le félin chercherait à accroître son propre confort. Rien donc de très altruiste… Même si on ne peut nier les bienfaits de cette machine à « ronron ». À condition de ne pas être allergique aux poils.

Lire aussi > Quand un chaton perdu prend le train et retrouve sa maîtresse

Les félins émettent aussi ces sons lorsqu’ils sont confrontés à un stress intense : « en ronronnant, les chats résistent mieux aux situations dangereuses ». Ils essaieraient de se bercer, de se rassurer face à la mort. En tant que novice, il reste pourtant difficile de différencier les types de ronronnements.

CIM Internet