Paris Match Belgique

Mère Nature nous a fait différents pour éviter qu’on se tape dessus par accident

La probabilité de rencontrer son double n'est que de une sur un billion. | © Pexels

Société

Bouche, nez et autres traits similaires : rencontrer son double est possible, mais la probabilité reste faible. Pour ce qui est du sosie parfait, inutile de chercher, il n’existerait tout simplement pas.

 

Dans les séries américaines, les policiers utilisent très souvent la reconnaissance faciale pour retrouver un criminel. Mais avec le sosie, n’y a-t-il pas un risque d’arrêter un innocent par erreur ? Teghan Lucas, professeure d’anatomie à l’Université de New South Wales (Australie), a tenté de répondre à cette question en 2015.

Lire aussi > Beyoncé présente ses jumeaux dans une photo de (Re)naissance

Pour son étude, l’enseignante a étudié les mesures faciales de près de 4 000 personnes. En combinant diverses données, comme la taille des oreilles ou la longueur du nez, elle a calculé la probabilité que deux individus soient identitiques. Résulat : le sosie parfait n’est qu’une légende et la probabilité de rencontrer son double n’est que de une sur un billion.

Unique au monde

Michael Sheehan, spécialiste de la neurobiologie et du comportement de l’Université Cornell (New York), considère que ce résultat n’a rien de surprenant. Plusieurs facteurs influençeraient l’aspect physique de quelqu’un : « Même dans le cas de deux jumeaux identiques, si l’un d’entre eux était par-dessus l’autre dans le ventre de sa mère, il sera généralement plus en santé, plus fort, ce qui influencera son apparence », explique-t-elle dans des propos rapportés par Urbania. La ressemblance parfaite entre deux jumeaux ne serait donc qu’un mythe.

©Pixabay

La sélection génétique entrerait également en compte. Selon Michael Sheehan, on peut remercier Mère Nature de nous avoir fait évoluer de façon à nous distinguer des autres : « D’un côté, c’est pour recevoir les récompenses qui nous reviennent, comme dans le cas où une de nos actions attirerait l’attention de partenaires sexuels potentiels ». Et de l’autre, cela nous éviterait bien des ennuis : « Imaginez si quelqu’un veut du mal à une tierce personne, mais que ça retombe sur vous parce que vous lui ressemblez comme deux gouttes d’eau… »

L’erreur est commune mais pas étonnante

Même si les copies parfaites n’existent pas, il peut arriver à tout le monde de confondre quelqu’un avec une autre personne. L’explication est scientifique : les gènes qui définissent nos traits sont limités. Inévitablement, nombreux sont ceux qui partagent un nez ou une bouche similaire.

D’après un calcul de la BBC, les yeux bruns est la caractéristique la plus répandue sur la planète (avec 55% de la population avec cette couleur). 10% de la population possède un visage rond et 82% des hommes ont des cheveux bruns.

Lire aussi > Des sosies de Donald Trump et Kim Jong-Un font sensation

Et les différences sont plus difficiles à percevoir chez ceux qu’on connaît moins bien. Dans Urbania, Cathy Mondloch, professeure de psychologie à l’Université Brock de St. Catharines, appelle ce phénomène le « cross-race effect » : les individus d’une certaine éthnicité parviennent difficilement à différencier ceux d’une autre. « On croit généralement que c’est causé par le racisme, mais c’est généralisé à travers toutes les ethnies », explique l’experte. Si on confond deux personnes, ce serait donc la faute de notre cerveau : il ne capterait pas les subtilités de l’apparence.

CIM Internet