Paris Match Belgique

Manifestation des taxis : Les chauffeurs Uber dénoncent les arnaques des taximen

taxis

Les taxis prêts à bloquer la capitale ce mardi matin. | © BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Société

Alors que les taxis menacent de paralyser Bruxelles ce mardi, les chauffeurs Uber demandent à être reconnus.

La nouvelle ASBL « Association belge des Chauffeurs Limousine » a dénoncé lundi la manifestation des chauffeurs de taxis prévue mardi et son objectif visant à s’assurer le monopole sur le marché. Le président de l’ASBL Fernando Redondo explique que dorénavant les chauffeurs qui utilisent des plate-formes du type Uber ne peuvent plus être de simples particuliers. Ce sont des conducteurs professionnels qui ont payé leur licence annuelle et qui sont en ordre d’assurance professionnelle et de certificat de bonne vie et moeurs.

Travail en noir

Contrairement aux chauffeurs Uber qui paient des taxes sur toutes les courses prises au travers des plates-formes, il avance que des chauffeurs de taxis peuvent faire du noir et qu’ils vont parfois jusqu’à tricher sur leurs tarifs: « Les taxis ont deux lampes : 2 et 1. Souvent, par exemple rue Belliard, ils se mettent déjà sur la lampe 2, réservée à l’extérieur de Bruxelles et qui fait tourner le compteur plus rapidement qu’avec la lampe 1, utilisée normalement à l’intérieur de Bruxelles. (…) Les taxis de Bruxelles font du faux salariat. Les patrons laissent 40% pour les chauffeurs et ils n’ont pas de congés payés« .

Lire aussi > « Dans 25 ans, l’industrie des taxis n’aura pas survécu »

taxis
BELGA PHOTO THIERRY ROGE

« Concurrence loyale »

Fernando Redondo souligne que la Cour constitutionnelle a dans son arrêt du 29 avril 2010 estimé que les chauffeurs de limousines étaient en droit de faire des courses au départ de Bruxelles, conformément à l’ordonnance régionale du 27 avril 1995. Il se dit par ailleurs satisfait du travail de concertation réalisé avec le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet : « On ne peut pas payer en cash des courses. Elles sont toutes enregistrées dans les plates-formes. On paie toutes les taxes. Toutes les semaines, nos clients augmentent et donc cela veut dire que les gens sont satisfaits du service des plates-formes. Pourquoi les taxis ne pourraient pas accepter une concurrence loyale et nous reconnaître ?« .

Lire aussi > Remontés contre Uber, les taxis bloquent entièrement le centre-ville de Varsovie

L’Association belge des Chauffeurs Limousine a été créée il y a 3 mois. Elle compte 250 membres à Bruxelles et 500 membres si on élargit à l’ensemble de son réseau. Des taxis de la périphérie font aussi du Uber à Bruxelles. Selon les données de l’association, il y a environ 3 000 chauffeurs de taxis sur 1 200 véhicules avec une licence dans la Région. L’ASBL avance que le plan Taxis en préparation en Flandre ne prévoit pas de quotas.

(Avec Belga)

Mots-clés:
uber taxis
CIM Internet