Paris Match Belgique

Le lien entre café et cancer que l'industrie veut cacher

Café

Un breuvage addictif pour ses aficionados, qui pourraient bien mettre leur santé en péril | © Flickr @ Maxim Krayushkin

Société

Si les accros au café adorent son goût amer, en Californie, l'amertume est désormais plutôt difficile à avaler : un juge de la Cour Supérieure vient en effet de décider que les chaînes de café du Golden State devraient afficher un avertissement relatif aux risques de cancer liés à la consommation de café. En cause, un produit chimique présent lors de la torréfaction des grains. 

Le Conseil pour l'Education et la Recherche sur les Toxines vient en effet de porter plainte contre Starbucks et 90 autres chaînes de café en raison d'une loi qui exige des avertissements clairs relatifs à une série de produits chimiques aux effets cancérigènes. Parmi ceux-ci, l'acrylamide, un cancérigène présent dans le café. Les défendants avaient affirmé que ce produit chimique était présent à des niveaux inoffensifs pour la santé et aurait dû être exempté de la loi car il provient du procédé de torréfaction qui donne son goût aux grains de café. Et d'affirmer en outre que le café était bon pour la santé.

Lire aussi > Ce café australien fait payer une taxe supplémentaire aux hommes

Une affirmation qu'ils n'ont pas été en mesure de prouver. D'autant qu'en 2016 déjà, l'Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer, directement liée à l'OMS, avait placé le café sur la liste des "cancérigènes possibles". L'avocat Raphael Metzger, à l'origine de la plainte déposée en Californie et lui-même consommateur quotidien de café, veut que l'industrie enlève l'acrylamide du breuvage. Impossible, selon les compagnies productrices de café. En 2008, un procès similaire avait conduit les fabricants de chips a payer des indemnités de 3 millions de dollars et à supprimer l'acrylamide de leurs produits plutôt que d'afficher les avertissements qui sont désormais imposés aux cafés en Californie.

CIM Internet