Paris Match Belgique

Petrobras : Des enquêtes parallèles contre la corruption sont menées dans d’autres pays

Depuis que l'affaire a éclatée, les Brésiliens sont sortis plusieurs fois dans les rues pour protester contre le "congrès corrompus". Ici, en décembre dernier. | © AFP PHOTO / Miguel SCHINCARIOL

Société

L’enquête sur l’affaire de corruption des élites brésiliennes « Petrobras » fait des petits : l’enquête pourrait révéler des schémas identiques dans d’autres pays.

L’enquête sur le scandale de corruption Petrobras au Brésil va dépasser les frontières du pays, a déclaré lundi le procureur en charge du volet international de cette affaire, Vladimir Aras. Déclenchée en 2014, l’enquête tentaculaire « Carwash » a mis en lumière un système de corruption que les groupes brésiliens de bâtiment, dont Odebrecht, avaient monté pour truquer les marchés de sous-traitance lucratifs du géant pétrolier Petrobras, distribuant des pots-de-vin à des responsables politiques au Brésil et dans plusieurs pays d’Amérique latine.

Le scandale est comparé à celui qui a frappé l’Italie dans les années ’90, révélant une corruption endémique. « Petróleo Brasileiro », alias « Petrobras », est l’une des plus importantes entreprises latino-américaines. La compagnie un temps privatisée, mais redevenue publique à la suite d’une importante découverte pétrolière et sous l’égide du Parti des Travailleurs, a vu monter à sa tête des membres du PT et des compagnons de coalition. Ceux-ci ont entrepris de détourner 3% de tous les contratrs de Petrobras, soit des milliards de dollars, au vu de la taille de l’entreprise. Les politiques voyous ont collaborés avec les entrepreneurs de Petróleo Brasileiro, se mettant parfois dans les poches et sur des comptes suisses jusqu’à 100 millions de dollars. Les enquêteurs soupçonnent également le PT d’avoir utilisé cet argent pour financer ses campagnes, ce que le parti brésilien conteste.

©EFE/Hedeson Alves – Un ancien membre du parlement brésilien arrêté par la police. Il avait notamment contribué à destituer l’ex-présidente Dilma Rousseff.

Une corruption généralisée ?

La dimension internationale de cette affaire « va croître énormément », a déclaré le magistrat dans un entretien à l’AFP. « Si nous pouvons compter sur l’indépendance des ministères publics de la région, comme c’est le cas au Brésil, les enquêtes [dans les différents pays] devraient avancer et mettre à jour des schémas de corruption parallèles à ceux pratiqués par les entreprises du bâtiment brésiliennes », a-t-il ajouté.

Concernant les éventuelles responsabilités qui pourraient apparaître dans la dizaine de pays d’Amérique latine et d’Afrique éclaboussés par ce scandale, « il y aura surement des hauts responsables impliqués car il est question de chantiers importants et ces contrats dépendent de négociations au sommet », a ajouté Vladimir Aras.

Le Pérou à la poursuite de son ancien président

Chantiers paralysés, grogne populaire et arrestations en série, ce scandale de corruption n’en finit pas d’ébranler la classe politique en Amérique latine. Le Pérou a offert une récompense pour toute information permettant d’arrêter l’ex-président Alejandro Toledo, qui se trouve à l’étranger et est accusé d’avoir touché 20 millions de dollars de dessous-de-table d’Odebrecht afin de remporter l’appel d’offres pour la construction d’un axe routier majeur reliant le Pérou au Brésil.

AFP PHOTO / Miguel SCHINCARIOL – Le peuple brésilien dans les rues de Rio pour soutenir l’opération « Carwash ».

« Au moins une dizaine d’entreprises étrangères » ayant signé des contrats avec Petrobras sont dans le collimateur de la justice de leurs pays respectifs, affirme le procureur à propos de cette enquête qui devrait encore durer « un ou deux ans ». Les procureurs généraux de onze pays se sont engagés jeudi au Brésil à créer des équipes de travail communes pour coordonner leurs enquêtes sur le volet Odebrecht de l’affaire.

Avec Belga

CIM Internet