Paris Match Belgique

Migrants mineurs : la fuite, y compris des statistiques

Un migrant mineur à Paris. | © AFP PHOTO / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Société

Ils viennent et partent, s’évanouissent dans la nature sans qu’on sache ce qu’il advient d’eux : les migrants mineurs passés par la Belgique et portés disparus sont plus nombreux que jamais.

En Belgique en 2017, 618 migrants mineurs non-accompagnés ont disparu. C’est beaucoup plus que les deux années précédentes, où ils étaient 284 (2016) et 277 (2015), peut-on lire lundi dans la presse. La disparition de 124 d’entre eux seulement a été déclarée par Child Focus.

« Nous attrapons plus de jeunes migrants et, plus tôt qu’auparavant, nous tentons de les convaincre de rejoindre nos centres et de demander l’asile », expose Edward Landtsheere du service des Tutelles du SPF Justice. « Cependant, ces jeunes essaient la plupart du temps de s’enfuir à nouveau pour rejoindre un autre pays ».

Lire aussi > Migrants en détresse mentale : « Dois-je dire que je me suis fait torturer ? »

AFP PHOTO / ALFREDO ESTRELLA

Child Focus craint néanmoins que ce nombre élevé de disparus ne représente que la partie émergée de l’iceberg. Personne ne dispose en effet de chiffres permettant de savoir combien d’enfants entrent sur le territoire européen et donc combien disparaissent. Sur les 124 dossiers introduits l’année passée, 66 cas restent non résolus.

Lire aussi > Aide aux migrants : Jusqu’où peut-on aller en tant que citoyen ?

« Les disparitions d’enfants belges sont signalées dans les 24h. Pour les migrants mineurs, cela peut prendre des jours, voire des semaines », déplore Hilde Vautmans (Open Vld), membre du parlement européen qui a publié un ouvrage sur cette problématique. Cette dernière déposera en outre la semaine prochaine une résolution proposant des recommandations à ce sujet devant le parlement européen.

CIM Internet