Paris Match Belgique

"Golden State killer" : Un cold case de près de 40 ans résolu ?

Image d'illustration | © Unsplash/Samuel Zeller

Société

Le mystère du "Golden State Killer », un tueur en série accusé d'avoir commis des dizaines de viols en Californie dans les années 1970 et 1980 pourrait enfin avoir été résolu : un suspect a été arrêté, annonce la presse locale mercredi.

 

Il s'appelle Joseph James DeAngelo, 72 ans, et a été placé en détention à Sacramento, la capitale californienne, selon le Sacramento Bee. Selon les télévisions locales l'homme serait le "Golden state Killer », suspecté d'avoir commis 12 meurtres, 45 viols et 120 cambriolages en Californie entre 1976 et 1986, selon le FBI. L'âge de ses victimes allait de 14 à 41 ans. La plupart de ses crimes avaient eu lieu aux alentours de Sacramento, mais certains s'étaient déroulés dans la baie de San Francisco, à deux heures de là. Il entrait par effraction la nuit chez ses victimes, les attachait, puis les violait. Les deux premiers meurtres ont eu lieu en février 1978.

"Tout le monde avait peur », explique l'agent du FBI Marcus Knutson sur le site de la police fédérale. "Il y avait des gens qui dormaient avec des fusils, d'autres qui achetaient des chiens. Les gens avaient peur, et ils avaient le droit de l'être. Cet homme terrorisait la communauté, il faisait des choses horribles », ajoute-t-il.

Un livre providentiel

Mais aujourd'hui, il se pourrait bien que ce "cold case » soit en passe d'être résolu, contre toute attente. Joseph James DeAngelo, un ancien policier, est formellement accusé de deux meurtres. Coïncidence ou pas, il était également l'un des suspects principaux de l'autrice américaine Michelle McNamara, qui avait consacré un manuscrit au tueur en série. Décédée, c'est son mari qui a fait paraitre son livre, Et je disparaîtrai dans la nuit, publié en février 2018.

La journaliste, dont l'époux est le comédien Patton Oswalt, a travaillé le plus clair de sa carrière à élucider le mystère du Golden State Killer. Son mari est l'un des premiers à avoir tweeté suite à l'arrestation de Joseph James DeAngelo. Il souhaite avoir l'opportunité d'interroger l'homme, s'il s'avère qu'il est bien le tueur en série, "pas pour jubiler, mais pour lui poser les questions auxquelles Michelle McNamara voulait des réponses dans 'Lettre à un vieil homme' à la fin de son ouvrage ».

Un voisin "différent"

L'ancien policier a été écarté des services de l'ordre en 1979, après avoir été arrêté pour vol à l'étalage. Joseph James DeAngelo avait tenté de dérober du répulsif pour chien et un marteau. Les enquêteurs pensent qu'il a pu commettre certains crimes durant sa période en tant que gardien de la paix.

Selon ses voisins, il était "un peu différent », rapporte CNN. Il était connu pour être généralement calme, mais également "hors de contrôle », lorsqu'il se mettait à hurler chez lui ou sur un riverain qui aurait eu l'idée de tondre sa pelouse trop tôt, par exemple. Jamais pourtant ils n'ont imaginé ce dont leur voisin pourrait être coupable. L'une des victimes s'était exprimée en 1976 sur son viol, chez elle, dans son propre lit : après le départ de son mari, elle avait été surprise dans son sommeil par un homme armé d'un couteau de boucher, qui l'avait ligotée, ainsi que son fils de trois ans qui dormait dans le même lit. Après avoir déplacé le petit garçon, le criminel avait détaché les liens à ses chevilles "et j'ai su pourquoi il était là », explique Jane Carson-Sandler.

Lire aussi > « Les tueries du Brabant sont une affaire criminelle, les autres théories sont farfelues »

Il ciblait les femmes seules ou les couples, ligotant les compagnons et plaçant parfois des assiettes sur leur dos, menaçant de les tuer au moindre bruit, explique 20 Minutes. Quand il ne perpétrait pas ses crimes, il les préparait, appelant ses futures victimes anonymement en leur disant qu'il allait les tuer.

L'homme a été arrêté non loin des lieux des crimes du Golden State Killer, notamment celui de Jane Carson-Sandler. Son nom a émergé de l'enquête la semaine dernière, mais la police n'a pas encore communiqué l'exacte raison. Le shériff Scott Jones a néanmoins fait savoir que c'est un échantillon ADN reçu il y a quelques jours qui a mis les enquêteurs sur la piste de Joseph James DeAngelo. S'il est confondu, il pourrait endurer la peine capitale. Les victimes, elles, estiment déjà qu'elles vont enfin "pouvoir faire leur deuil », comme Bruxe Harrington, dont le frère et la belle-sœur figurent parmi les meurtres de l'affaire du Golden State Killer.

Avec Belga

CIM Internet