Paris Match Belgique

Comment la laine mohair s’est retrouvée dans le viseur de la mode

La moitié du mohair vendu dans le monde provient d'Afrique du Sud. | © Unsplash / Elvira Visser

Société

L’association de défense animale Peta a filmé l’horreur des fermes de mohair sud-africaines où les chèvres angora sont maltraitées pour leur laine.

 

Derrière la douceur de ses pulls, de ses écharpes ou de ses couvertures, la laine mohair cache une réalité bien moins tendre pour les chèvres qui fournissent cette fibre prisée.

Lire aussi > En Belgique, de plus en plus de commerces disent « non » à la fourrure

L’organisation de défense du bien-être animal Peta a récemment diffusé des images « tournées en janvier et février de cette année dans 12 élevages différents » en Afrique du Sud, pays d’où provient plus de la moitié du mohair vendu dans le monde. « Filmée par un témoin », précise l’ONG, la vidéo a créé une onde choc auprès des géants internationaux de l’habillement.

Vente interdite

Gap, Zara, H&M ou encore Topshop ont annoncé ce mercredi 2 mai qu’elles ne se fourniraient plus en laine mohair, après avoir visionné les images des chèvres maltraitées, traînées par les cornes et les pattes, soulevées par la queue et jetées au sol par les tondeurs. Cette vidéo « a incité de nombreuses entreprises de mode internationales, dont le groupe H&M, Gap Inc., Inditex et Arcadia, à mettre en place une interdiction sur la vente du mohair », a indiqué Peta qui a par ailleurs demandé l’ouverture d’une enquête aux autorités sud-africaines.

Lire aussi > Fashion Revolution : La mode éthique contre le textile toxique

Vers une production plus transparente ?

Si de nombreuses marques ont tenu à préciser que le mohair était présent en faible proportion dans leurs collections de vêtements, certaines d’entre elles se sont fixées l’objectif de bannir cette fibre à l’horizon 2020. « Aucun standard crédible ne permet à ce jour une information transparente et contrôlable de la production de mohair », a affirmé un porte-parole de H&M à l’AFP, ajoutant que le groupe « continue ses recherches de fibres alternatives »« Inditex déplore les pratiques cruelles dans les fermes de mohair sud-africaines mises au jour par Peta », a déclaré le groupe espagnol (Zara, Pull&Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Uterqüe), précisant toutefois n’avoir « en l’espèce pas de preuves de l’existence de faits semblables à ceux dénoncés par Peta dans les élevages auprès desquels s’approvisionnent (ses) fournisseurs ». Le géant américain Gap et le britannique Arcadia ont également déclaré « prendre la question du bien-être animal très au sérieux » et se sont engagés à interdire le mohair pour les marques telles que Athleta, Banana Republic, Topshop, Burton Menswear ou encore Dorothy Perkins.

 

– Avec Belga

 

CIM Internet