Paris Match Belgique

Comment le Golden State Killer pourrait bien aider à arrêter le Zodiaque

Image d'illustration | © Unsplash/Roman Kraft

Société

Aux États-Unis, l’arrestation du Golden State Killer des décennies après ses méfaits ouvre de nouvelles perspectives aux enquêteurs.

 

On n’imaginait plus trouver le « Golden State Killer », un tueur en série ayant sévi dans les années 70 et 80 en Californie. Et pourtant, des années après ses meurtres et des dizaines d’affaires de viols non-résolues, la police américaine semble enfin avoir mis la main sur le coupable : Joseph James DeAngelo, un ancien policier aujourd’hui âgé de 72 ans, a été arrêté et officiellement inculpé. Et c’est un simple site Internet qui a contribué à résoudre l’affaire, des années après que tout espoir ait été perdu : en envoyant un échantillon d’ADN du Golden State Killer prélevé sur l’une des scènes de crime à une base de données généalogiques, les enquêteurs ont été capables de retrouver un proche de Joseph James DeAngelo et de remonter aux racines des crimes.

Lire aussi > « Golden State killer » : Un cold case de près de 40 ans résolu ?

Et puisque cette tentative aux résultats inespérés a porté ses fruits, la police américaine pourrait bien retenter le coup avec une autre affaire mystérieuse, probablement l’une des plus troubles des États-Unis : celle du tueur du Zodiaque. Également l’objet d’un long film tout aussi cryptique, le cas concerne officiellement cinq crimes ayant eu lieu dans les années 60. Mais celui qu’on présume être un homme a revendiqué plus de 30 meurtres dans d’étranges missives qui resteront gravées dans l’Histoire du crime.

Trop malin pour l’ADN ?

Aujourd’hui, cinquante ans après le dernier assassinat, la police californienne réinspecte ces lettres cryptées. Elle espère trouver suffisamment d’ADN pour pouvoir introduire la même demande généalogique, explique le Sacramento Bee« Si nous avons un bon profil ADN, alors nous pouvons le retracer. Tout part de l’ADN, parce que sans lui, nous n’avons rien », a indiqué l’un des agents de l’enquête.

Mais ce serait supposer que le tueur diaboliquement génial soit mois intelligent que ce qu’il a prouvé par le passé. En effet, l’une des craintes est qu’il n’ait jamais écrit lui-même sa correspondance mortelle, et qu’il ait agit avec un complice.

CIM Internet