Paris Match Belgique

Inde : une ado brûlée vive par ses violeurs, condamnés à une simple amende

Les proches de l'adolescente sont sous le choc après le drame | © Belga / AFP PHOTO / -

Société

Dans l’est de l’Inde, une jeune fille de 16 ans a été brûlée vive par les deux hommes qui l’avaient violée, et qui venaient d’être condamnés à une amende. Ils ont pris la fuite.

Deux hommes ont violé une adolescente puis l’ont brûlée vive dans l’est de l’Inde, a-t-on annoncé samedi de source policière, dernière affaire en date dans une série d’agressions sexuelles contre les femmes dans le pays. La jeune fille, âgée de 16 ans, a été enlevée de chez elle jeudi alors que sa famille assistait à un mariage et violée par les deux hommes dans une forêt de l’Etat de Jarkhand, a précisé la police locale. La famille s’est alors plainte auprès du conseil des anciens du village qui a ordonné vendredi aux accusés d’effectuer… cent abdominaux et de verser une amende de 50 000 roupies (750 dollars). Furieux devant cette sentence, les accusés ont roué de coups les parents de la jeune fille. « Ils se sont précipités vers la demeure (de la victime) et l’ont brûlée vivante avec l’aide de complices« , a expliqué à l’AFP la police locale.

Lire aussi > En Inde, une fillette de 10 ans veut pouvoir avorter après des viols répétés

40 000 viols signalés en Inde en 2016, un nombre incomplet

Les conseils d’anciens règlent souvent des différends, contournant le système judiciaire en Inde, long et coûteux. Même si leurs décisions n’ont pas de force juridique, leur influence sur les communautés rurales est considérable. « Les accusés sont en fuite. Une commission d’enquête spéciale a été mise en place sur cette affaire« , a précisé la police. Le drame intervient à la suite de toute une série d’affaires de violences sexuelles en Inde, en dépit du renforcement des dispositions légales. Selon l’agence Press Trust of India, un homme de 55 ans s’est suicidé vendredi. Il était accusé d’avoir violé une enfant de neuf ans dans l’Etat d’Andhra Pradesh, dans le sud du pays. Le viol collectif et le meurtre d’une enfant de huit ans le mois dernier dans l’Etat du Jammu et Cachemire ont suscité de nombreuses manifestations de protestations. Celui de Jyoti Singh, surnommée « la fille de l’Inde« , avait particulièrement choqué le pays : l’étudiante de 23 ans avait été violée et battue, elle était décédée de ses blessures après avoir été envoyée à l’étranger pour être soignée. Quatre des accusés avaient été condamnés à mort et un, mineur au moment des faits, a été remis en liberté. Un autre s’est suicidé en prison. Quelque 40 000 viols ont été signalés en Inde en 2016, mais leur nombre serait bien plus élevé en raison du silence entourant ces crimes dans un pays qui reste très patriarcal.

CIM Internet