Paris Match Belgique

La migraine, le mal du siècle que les Belges veulent cacher

migraine

Un Belge sur cinq souffre de migraine au moins une fois dans sa vie. | © Unsplash/Hermes Rivera

Société

Invisible et incomprise, la migraine provoque chez ceux qui en souffrent un sentiment de culpabilité. Plutôt que la soigner, ils préfèrent ainsi la cacher, au détriment de leur santé et de leur qualité de vie.

"Petite nature"... Non, la migraine n'est pas une simple ruse pour échapper au travail et aux corvées ménagères, c'est une véritable maladie. Incomprise, certes, et ceux qui en souffrent paient le prix de cette méconnaissance. D'après une enquête menée auprès de 1 000 Belges souffrant de migraine, il ressort qu'un migraineux sur trois se sent coupable de l'impact de sa maladie sur son entourage. Réalisée dans le cadre de la semaine de la migraine, organisée du 14 au 19 mai, cette étude lève le voile sur cette pathologie qui touche un Belge sur cinq au moins une fois dans sa vie et davantage les femmes que les hommes.

Lire aussi > Un patch miracle pour soigner les migraines

Culpabilité handicapante

Alors qu'un malade sur trois doit renoncer à ses activités en raison de migraines, la moitié des patients préfèrent la cacher à leurs collègues et leur employeur. Que ce soit dans la sphère professionnelle ou privée, ils se sentent en effet coupables et ont peur de donner l'impression de se plaindre, dans 43% des cas.

Mais cette culpabilité n'est pas sans conséquence, elle peut mener à un "isolement social, professionnel et culturel », explique Dr Gianni Franco, neurologue au CHU UCL Namur Dinant à nos confrères de la Libre. "Les patients qui sont face à cette maladie migraineuse développent des comportements inadaptés (...) Ils vont par exemple s'isoler dans une soirée parce qu'il y a trop de bruit. Ou (développer) des comportements avec des stratégies centrées sur les émotions négatives : 'Je suis un poids pour mes amis', 'J'empoisonne la vie de mon conjoint' », précise le spécialiste. La qualité de vie est donc directement touchée. La moitié des patients pensent d'ailleurs que leur vie affective ou sexuelle en souffre. Et 40% estiment que la migraine peut avoir aussi un impact sur leurs possibilités de carrière.

Lire aussi > Gare aux maux de tête avec le piment le plus fort du monde

Si la migraine représente un inconfort douloureux, seulement 20% de ceux qui souffrent de cette maladie invisible et incomprise consultent et bénéficient d'une prise en charge appropriée. La plupart d'entre eux vont se tourner vers les antalgiques et en abuser, "ce qui a pour conséquence d'entretenir la migraine », explique le Dr Franco.

Un plan d'action concret

Rien qu'en Belgique, plus de 1,65 million de journées de travail sont perdues chaque année en raison de la migraine, rapporte également la plateforme "Move for Migraine". "Des lumières intenses, la lumière directe du soleil ou un bureau dans lequel règne un brouhaha permanent... Pour une personne atteinte d'une attaque de migraines, ces facteurs ambiants constituent un enfer. On ne peut pas les supprimer, mais il est possible d'effectuer quelques aménagements. À commencer par une discussion avec son supérieur », note encore la plateforme qui présentera un plan d'action concret en septembre 2018. Ce dernier aura pour but de mieux connaître et reconnaître la migraine, d'améliorer la qualité de vie de ceux qui en souffrent et d'alléger la charge qui pèsent sur eux mais aussi sur leur entourage.

Avec Belga

Mots-clés:
santé migraine
CIM Internet