Paris Match Belgique

Pourquoi les vegans feraient mieux d’éviter les céréales du petit déjeuner

Plusieurs céréales populaires contiennent de la vitamine D3, fabriquée à partir de laine de mouton. | © Unsplash / freestocks.org

Société

Plusieurs découvertes pointées par The Telegraph montrent que les céréales comme celles de la marque Kellog’s pourraient contenir des graisses animales.

 

Riz soufflé ou pétales chocolatées, c’est l’un des produits phares du petit déjeuner. Si les vegan friendly pouvaient encore faire le choix de plonger leurs céréales préférées dans un bol de lait végétal, ils feraient peut-être mieux de s’en passer.

Lire aussi > Sauter le petit-déjeuner, un vrai danger pour la santé

C’est en tous cas ce que préconise The Telegraph dans un récent article mettant en garde contre la présence de vitamine D dans les céréales populaires telles que les Coco Pops, les Smacks ou encore les Frosties. Selon le quotidien britannique, plusieurs études montrent que la vitamine D présente dans ces céréales est produite à partir de suint de mouton et serait donc inadaptée au régime végétalien. Un détail qui semble avoir été omis sur l’emballage…

Pas vu pas pris

En effet, sur la plupart des paquets de céréales apparaît un logo verdâtre indiquant « convient aux vegans », avertit The Telegraph. Aucune information ne stipule la moindre trace « d’origine animale ». « Beaucoup de céréales sont enrichies en vitamine D3 – fabriquée à partir de laine de mouton – ou D2 –une alternative sans matière animale. Mais malheureusement, pour savoir quelle option de l’hormone a été utilisée dans nos céréales, il faut contacter les fabricants ou se renseigner en ligne si ces informations sont disponibles », explique au journal britannique le porte-parole de l’association The Vegan Society.

Lire aussi > Trop « agressifs », certains vegans donneraient encore plus envie de manger de la viande aux autres


Un constat qui mériterait un étiquetage plus transparent, estiment les membres de l’association fondée par Donald Watson, l’un des créateurs du terme « vegan ». « C’est un vrai problème pour les vegans », estime le porte-parole. « Ils font tout leur possible pour éviter les produits fabriqués à partir de matières animales. On espère que les fabricants se tourneront vers l’option vegan de la vitamine D. » Aujourd’hui, si les grandes marques font le choix d’ajouter cette vitamine D dans leurs produits, c’est pour en améliorer les valeurs nutritives, précise Slate. Notamment pour renforcer les os, les dents et les muscles.

Interrogée par The Telegraph, Kellogg’s rappelle qu’elle propose une gamme de produits garantis 100% vegan sous la marque « WK Kellogg ». Aussi se défend-t-elle que les céréales qui contiennent de la vitamine D « sont clairement étiquetées » et « respectent les lois d’étiquetage de l’UE et du Royaume-Uni ».

CIM Internet