Paris Match Belgique

Le reportage virulent de Fox News à Molenbeek, « capitale européenne du djihad »

La chroniqueuse britannique Katie Hopkins interroge la bourgmestre de Molenbeek Françoise Schepmans à propos des attentats de Paris. | © YouTube Rebel Media

Société

Dans un reportage diffusé sur la chaîne Fox News, la chroniqueuse Katie Hopkins dresse un tableau amer et stigmatisant de Molenbeek et de la communauté musulmane bruxelloise. Une atteinte à l’image de la commune jugée « scandaleuse et inacceptable » par la bourgmestre Françoise Schepmans.

 

Après les attentats de Paris et de Bruxelles, Molenbeek est passée dans la presse internationale et aux yeux de monde entier pour un nid de terroristes islamistes. Plus d’un an plus tard, cela semble être toujours le cas outre-Atlantique, du moins pour la chaîne Fox News. Dans un récent documentaire, la chaîne américaine présente la commune bruxelloise comme la « capitale européenne du djihad ».

Le poids de la culpabilité

« Je suis ici pour vous livrer la vérité sur la capitale djihadiste d’Europe », lâche la chroniqueuse Katie Hopkins dans un extrait vidéo publié sur YouTubeFace caméra, au beau milieu de la place communale, la chroniqueuse britannique tend le micro à Françoise Schepmans, la bourgmestre de Molenbeek. Réputée pour son ton provocateur et haineux, Hopkins n’y va pas par quatre chemins : « Vous avait-on prévenu que Salah Abdeslam était suspecté de terrorisme ? », demande-t-elle à la bourgmestre à propos des attentats de Paris. « Nous avions une liste contenant plus de 30 noms, mais ce n’est pas le travail de notre police locale de suivre ces gens« , répond Françoise Schepmans. « Si sur base de cette liste, vous aviez attrapé ces suspects, rien de tout cela ne serait arrivé », lance alors la journaliste, consternée.

Lire aussi > Molenbeek-sur-Djihad. Pleins feux sur trente ans de dérives

Prise au piège, la bourgmestre tente de s’expliquer tout en se disant « choquée » que les étrangers, « particulièrement les Américains ou les Anglais », répètent sans arrêt que « nous sommes mauvais car nous n’avons rien fait avec cette liste ». « Je n’ai qu’un pouvoir administratif, pas celui d’arrêter des gens », insiste-t-elle avant de quitter Katie Hopkins, seule avec ses spectateurs. « Je suis assez contrariée », lance alors la journaliste à la caméra. « Je savais depuis longtemps qu’elle avait cette liste de terroristes. Or elle n’a rien fait (…) et entendre que ce n’était pas son travail, je trouve ça très terrible », déclare-t-elle… en larmes. « Moi, j’aurais fait en sorte que ce soit mon travail », conclut-t-elle, justifiant que « les politiciens ferment les yeux parce qu’ils dépendent des votes des musulmans. C’est la raison pour laquelle des attentats ont été planifiés en Belgique. »

Immersion en « capitale du djihad »

Pour Katie Hopkins, ancienne star de la télé-réalité qui travaille pour un média canadien d’extrême-droite, le parti Islam est « l’étoile montante » des prochaines élections communales de 2018, avec une liste de 28 candidats à Bruxelles et en Wallonie. À travers une immersion de trois jours dans la commune bruxelloise « connue pour être un lieu où les autres reporters n’osent pas s’aventurer », Hopkins dépeint un tableau pour le moins stigmatisant de la communauté musulmane de Bruxelles. Et ce, en usant de son arme favorite : la haine. « Il y a 80 % des musulmans, et de nombreux religieux extrémistes. J’étais la seule femme à ne pas porter de voile sur le marché. Tout le monde porte la burqa« , explique-t-elle dans le reportage. Sur Twitter, la chroniqueuse a par ailleurs repartagé un extrait du documentaire avec une légende qui lui a valu plusieurs plaintes : « Bruxelles. Mai 2018. Je suis une étrangère sur mes propres terres. » Dans le quartier des Étangs Noirs, elle se filme en burqa prétextant « avoir été priée de se couvrir » puis, devant la grande mosquée de Bruxelles, elle déclare : « Cet endroit a exporté plus de combattants pour rejoindre l’État islamique que n’importe quel autre pays d’Europe occidentale ».

Lire aussi > Ce que la Belgique, « dégoûtant goulag du chocolat », peut répondre à John Oliver

Sous le choc

Relayé par la RTBF et BX1, le reportage diffusé sur Fox News n’a pas manqué de choquer les téléspectateurs belges… ainsi que Françoise Schepmans elle-même. Selon la bourgmestre, la reporter pour la chaîne conservatrice américaine ne se serait pas pas présentée en tant que journaliste. « Katie Hopkins est venue avec un scénario prédéterminé. Elle était là pour casser la commune et ses habitants. Les propos qu’elle tient sont inacceptables. C’est une atteinte à l’image de la commune scandaleuse et inacceptable« , a réagi la bourgmestre de Molenbeek auprès de la RTBF, après avoir pris connaissance de ce reportage plus que controversé.

CIM Internet