Paris Match Belgique

Comment la secte NXIVM recrutait ses esclaves sexuelles

NXIVM

Le silence était de mise au sein du culte de Keith Ranière (image d'illustration) | © Pexels

Société

Comment passe-t'on d'un job créatif à New-York à une secte où les femmes sont forcées de devenir esclaves sexuelles et marquées des initiales de leur gourou au fer rouge ? Rachel Goldberg a failli être recrutée par la secte NXIVM et son témoignage montre à quel point il est facile de basculer. 

D'elle, Rachel Goldberg dit qu'elle est quelqu'un de plutôt sceptique, mais également prête à tout essayer au moins une fois. Une ouverture d'esprit qui lui a valu bien malgré elle de tomber dans les griffes d'un culte... sans le réaliser sur le moment. "J'ai été recrutée par un ami. Au début, j'ai pensé que toutes les personnes qu'il m'a présenté étaient plutôt intéressantes, et très intelligentes. Ce n'est que quand le scandale a éclaté et que j'ai lu tous ces articles que je me suis dit qu'en fait, ils étaient clairement bizarres". Rencontré lors d'un séminaire professionnel dédié à l'amélioration personnelle, l'ami en question, Michael, ainsi que d'autres invités au séminaire, dont Rachel, ont décidé de continuer à se voir après la formation, allant jusqu'à former un book club ensemble. Une excuse pour discuter à bâtons rompus entre amis, jusqu'à ce que, deux ans plus tard, Rachel se retrouve invitée à un nouveau séminaire "d'amélioration personnelle" par Michael.

Lire aussi > Dans les coulisses de la secte new-yorkaise où les femmes sont affamées et tatouées de force

Une invitation impossible à refuser. "Je n'ai pas hésité, parce que Michael est non seulement quelqu'un d'extrêmement gentil et intelligent, mais également pourvu d'un poste à hautes responsabilités et l'heureux propriétaire d'un appartement absolument magnifique". Autrement dit, une certaine vision du succès et une sacrée motivation à découvrir son secret pour y être arrivé. D'autant que les autres invités à la soirée semblaient être aussi accomplis que lui, et après quelques verres de Rioja et plusieurs passages au délicieux buffet mis en place pour l'occasion, Rachel avoue s'être sentie prête à tout pour devenir comme eux. Après une brève introduction de Michael et la présentation des Executive Success Programs, des séminaires mis en place par NXIVM auxquels il attribuait son succès, un représentant de NXIVM s'est avancé avec un discours difficile à résister.

Et si je vous disais que vos rêves sont à portée de main et qu'il ne tient qu'à vous d'obtenir exactement ce que vous voulez dans la vie ? Nos programmes sont conçus pour vous aider à révéler votre plein potentiel - et à l'utiliser à votre avantage.

Et de se montrer rassurant envers les quelques sceptiques présents. "Certaines personnes pensent que nous sommes une arnaque, d'autres, que nous sommes une secte. Mais nous ne sommes aucune de ces choses. Nous sommes un rassemblement d'entrepreneurs, de CEOs, de politiciens...". Tous, ou presque, issus des universités les plus prestigieuses du pays et actifs dans les plus hauts cercles du pouvoir. De quoi achever de convaincre les convives de les rejoindre.

Des organisations diaboliques

Rachel elle-même avoue avoir été extrêmement tentée de s'inscrire pour un séminaire. Problème : à 3 000 dollars pour 5 jours de formation, ceux-ci étaient tout sauf accessibles à toutes les bourses. "Être diplômée en anglais et donc relativement mal payée m'a sauvée" rit aujourd'hui la jeune femme. Qui réalise après coup ce à quoi elle a échappé. Sans pour autant en vouloir à son ami Michael, à qui elle n'a pas mentionné le sujet depuis, pour lui "éviter la honte immense qu'il doit probablement ressentir".

Il ne faut pas absoudre les sectes, mais bien comprendre leur dualité complexe : si elles peuvent être diaboliques, les gens qui en font partie ne sont que des humains. Personne n'est à l'abri d'être recruté, tout commence souvent par une chouette soirée dans un cadre accueillant.

Et Rachel d'ajouter, encore sous le choc : "ma rencontre avec NXIVM m'a permis de réaliser que les sectes ne sont pas remplies de gens brisés et désespérés. Elles sont constituées de gens relativement normaux, et c'est pour ça qu'elles sont si effrayantes".

CIM Internet