Paris Match Belgique

Les bourdons, futurs champions du tir au but

C'est enfin prouvé ! Une étude révèle que les insectes sont, tout comme l'homme, les oiseaux ou les mammifères marins, capables de résoudre des problèmes complexes. | © Flickr : Gary Henderson

Société

Ne jamais sous-estimer le brain-power d’une abeille. C’est le message d’une étude, fraîchement publiée par la Queen Mary University de Londres, qui prouvent que les bourdons sont capables… de marquer des buts !

Vous pensiez que ces petites bestioles que sont les bourdons ne pouvaient pas résoudre un problème ? Détrompez-vous. Récompensez-les avec une sucrerie et ils feront des merveilles !

Un petit cerveau implique de grandes capacités

Une étude a révélé ce jeudi 23 février que les bourdons peuvent apprendre à pousser une petite balle dans un but. Un apprentissage extrêmement complexe pour la grande famille des insectes. Si le bourdon fait partie des insectes préféré de notre humanité, ce n’est pas pour rien. Ces insectes volants zébrés jaune et noir peuvent exécuter toute une série de choses impressionnantes grâce à leurs capacités cérébrales.

Autre enseignement majeur de cette découverte : les abeilles semblent apprendre mieux quand elles observent le comportement de leurs collègues, et elles peuvent même améliorer les techniques de leurs prédécesseurs.

Cette découverte, publiée dans le magazine Science, est la toute première preuve que les abeilles et bourdons peuvent apprendre quelque chose n’étant pas directement lié à leurs tâches habituelles de recherche de nourriture. Une preuve supplémentaire qui démontre que même les petits cerveaux peuvent être extrêmement puissants.

On savait jusqu’alors que les humains, les primates, les mammifères marins et les oiseaux pouvaient apprendre à résoudre des problèmes complexes. Mais les insectes n’étaient pas considérés comme faisant partie de ce groupe élitiste.

Petit pas pour le bourdon, grand pas pour l’évolution des abeilles

« Notre étude dément totalement les idées selon lesquelles de petits cerveaux empêchent les insectes d’avoir une flexibilité de comportement et ne peuvent avoir que des capacités d’apprentissage très simples », explique Lars Chittka, un des coauteurs de ces travaux, professeur à la Queen Mary University de Londres. Et son collègue Clint Perry, autre coauteur et professeur dans le même établissement d’ajouter :

Nous voulions explorer les limites cognitives des bourdons en testant comment ils pourraient utiliser un objet inhabituel pour effectuer une tâche qu’aucun insecte dans l’histoire de l’évolution des abeilles n’a jamais eu à faire.

Un coaching au ballon rond

Les bourdons et abeilles ont été entraînés à pousser, un à la fois, une petite balle qui faisait à peu près leur taille. La balle devait atteindre un but spécifique avant qu’une récompense sucrée ne soit accordée à l’insecte. Certaines ont été entraînées seulement en observant d’autres abeilles ayant déjà appris cette tâche, d’autres grâce à des aimants faisant bouger la balle comme désiré.

Récemment, les mêmes scientifiques ont montré que les abeilles pouvaient également apprendre à tirer une ficelle pour atteindre une gâterie : quelques gouttes d’eau sucrée. Slurp !

(Avec Belga)

CIM Internet