Paris Match Belgique

Ce que la chorégraphie de « This is America » raconte sur la culture africaine

Le clip "This is America" de Childish Gambino a atteint la barre des 156 millions de vues sur YouTube. | © Capture d'écran YouTube.

Société

Si le clip « This is America » de Childish Gambino comptabilise autant de vues depuis sa sortie, c’est en partie grâce à sa chorégraphie. Réalisée par la Rwandaise Sherrie Silver, elle s’inspire de pas de danse hérités des quatre coins de l’Afrique.

 

En un peu plus de dix jours, le clip de Donald Glover – alias Childish Gambino – a dépassé les espérances. Aujourd’hui, « This is America », qui dépeint sur un air de gospel une Amérique violente et raciste, comptabilise plus de 150 millions de vues sur YouTube. Un succès à peine croyable et inattendu, notamment pour la chorégraphe du clip, Sherrie Silver.

Lire aussi > « This is America » : L’autre Donald qui fait trembler l’Amérique

À 23 ans, la danseuse et chorégraphe Sherrie Silver se voit confier la chorégraphie d’un clip qui promet de faire du bruit. Née au Rwanda puis venue au Royaume-Uni avec sa mère dès l’âge de 5 ans, la jeune femme profite des projecteurs de l’équipe de Childish Gambino pour remplir une mission dont elle s’acquitte depuis toujours : « Promouvoir la culture africaine et l’Afrique dans le monde à travers la danse ». Un message qui transparaît soigneusement dans les déhanchés cadencés du chanteur américain, aux côtés de ses danseurs.

« Il est temps que brille la culture africaine »

Le succès, Sherrie Silver s’y frotte dès l’âge de 17 ans, lorsqu’elle lance sa propre chaîne Youtube via laquelle elle fait connaître ses pas de danse sur des rythmiques afrobeat. S’enchaîneront ensuite les collaborations avec des artistes comme le chanteur WizKid. « YouTube, Instagram et la performance que j’ai faite à l’époque pour le président du Rwanda m’ont certainement ouvert pas mal de portes », raconte-t-elle au magazine Forbes. Avant de se faire repérer par l’acteur et créateur de la série Atlanta. « C’est la nièce de son manager qui m’a trouvé », explique la jeune Rwandaise. « Elle a vu mes vidéos, alors elle les a montré au manager de Donald qui l’a ensuite montré à Donald qui aurait dit : Ok, on l’a prend. »

Lire aussi > Une version féministe de « This is America » crée la polémique

Très vite, la jeune femme comprend à qui elle a à faire : « J’étais fan de son travail même si je ne le connaissais pas tant que ça. Mais dès que j’ai rencontré le personnage, je me suis dit : Oh, whoa ! », poursuit-elle dans les colonnes de Forbes. Elle saisit alors l’opportunité de faire briller le drapeau africain aux yeux du monde entier. « Je souhaite que ma danse puisse représenter l’Afrique dans le monde et amener le monde en Afrique (…) Tout le monde devrait savoir comme nous dansons, comment nous vivons ou nous mangeons. Il est grand temps que la culture africaine brille », déclare-t-elle. Inspirer les gens, faire danser la diversité, mettre en valeur son pays et sa culture, Sherrie Silver s’y donne à 100%. « J’aimerais pouvoir chorégraphier pour des artistes encore plus influents afin d’apporter du changement ». Pour notamment aider ceux dans le besoin. Grâce au succès de « This is America », la jeune chorégraphe a par ailleurs fait construire plusieurs écoles ainsi que des maisons familiales pour aider les enfants sans-abri en Afrique.

Leçon particulière

Si elle s’attendait à un tel succès ? « Pas du tout », répond la jeune femme. L’important, c’est qu’elle ait pu apporter sa culture sur le devant de la scène mondiale. « Je me sens comme une héroïne au Rwanda (…) avec le sentiment de faire voyager mon drapeau ». Ce qu’elle veut, c’est que « tout le monde apprenne les mouvements de sa danse ». Alors sur YouTube, elle partage des tutoriels pour transmettre les pas et autres déhanchés hérités des quatre coins de l’Afrique. Histoire que chacun sache (presque) aussi bien danser que Mr. Gambino.


 

CIM Internet