Paris Match Belgique

Quand les parfums d’ambiance sentent le danger à plein nez

Comme les autres produits désodorisants, les sprays aux huiles essentielles exposent à des substances indésirables, pointe le magazine 60 millions de consommateurs. | © Flickr : Yung GrassHopper

Société

Utilisés pour embaumer les toilettes ou les chambres à coucher, les sprays désodorisants à base d’huiles essentielles ont la cote. Mais derrière leurs propriétés soi-disant assainissantes et naturelles se cachent des ingrédients bien plus indésirables. Allergiques et asthmatiques, s’abstenir.

 

Quand ils contiennent des huiles essentielles, les diffuseurs et autres désodorisants d’intérieur sont souvent perçus comme la solution simple et naturelle pour apporter une brise de fraîcheur dans son intérieur. Alors que les études continuent d’alerter sur les dangers des parfums d’ambiance tels que les bougies parfumées, les diffuseurs ou encore l’encens, de plus en plus de consommateurs se tournent vers ces sprays aux huiles essentielles développés par les marques comme Air Wick ou Puressentiel, vantant leurs qualités « naturelles » et « assainissantes »« À tort », dénonce pourtant le magazine 60 millions de consommateurs dans son dernier numéro sur « les désodorisants polluants et allergisants ».

Composés non-spécifiés

Après avoir testé douze aérosols et sprays et cinq diffuseurs passifs (galets, éponges…) à base d’huiles essentielles, les analyses le prouvent : « Comme les autres produits désodorisants, ils exposent à des substances indésirables », écrit le magazine. En plus d’être une source de pollution importante, ces produits exposent la peau et les voies respiratoires à des molécules allergisantes et irritantes. Raison pour laquelle les personnes allergiques et asthmatiques y sont particulièrement vulnérables.

Lire aussi > Jusqu’à 17 pesticides dans nos sachets de thé

Pour le mensuel de l’Institut national de la consommation, un produit sur deux est à proscrire sur les échantillons analysés. « 23 ingrédients indésirables ont été détectés dans les sprays Puressentiel et Baccide », soulignent les analystes. Parmi les substances les plus répandues, on retrouve notamment le limonène, le géraniol et le linalol. Des composés allergisants dont la présence n’est pas spécifiée sur le packaging « pure & healthy » de ces produits, dénonce encore le magazine qui réclame un double étiquetage. L’un environnemental (comme sur les pots de peinture ou les matériaux de décoration) pour déceler les substances polluantes, l’autre signalant la présence de substances potentiellement allergisantes.

Qu’ils soient sous forme de bougies, de diffuseurs ou encore d’encens, les parfums d’ambiance exposent la peau et les voies respiratoires à des substances indésirables. Pexels / Jaymantri

Les solutions (vraiment) naturelles

Reste à savoir comment aérer et assainir son intérieur, sans pour autant le polluer et – par la même occasion – mettre sa santé en danger. Face à cette question, les professionnels de la santé sont unanimes : pour aérer son intérieur sans le contaminer, il suffit d’ouvrir les fenêtres pendant au moins une dizaine de minutes par jour. Certes, c’est en tous cas la solution la moins coûteuse. Mais si l’on aime renifler un doux parfum dès lors que l’on passe la porte de son palier, il existe quelques astuces garanties sans polluants ni allergisants pour agrémenter son intérieur d’agréables odeurs.

Lire aussi > Cosmétiques : les fabriquer soi-même pour ne plus se méfier

Dans la série « techniques de grand-mère », la cannelle et les écorces d’oranges feront office d’excellents parfums d’intérieur. Faire bouillir quelques bâtons cannelle dans de l’eau chaude puis laisser mijoter plusieurs minutes le temps que l’odeur embaume la pièce. Ou déposer des écorces d’oranges sur les radiateurs, le temps qu’elles sèchent et libèrent leur effluves sucrées. Parmi les astuces jamais mieux faites que par soi-même, on misera sur le pot-pourri dans lequel les huiles essentielles sont naturellement les bienvenues. Quelques pétales de roses séchées, du bois ou des écorces ramassées lors d’un dimanche en forêt, quelques gouttes d’huiles essentielles et le tour est joué. Enfin, parce que le diffuseur d’huiles essentielles est bien trop facile à réaliser, pourquoi ne pas choisir sa version DIY garantie sans produits nocifs. Par ici le mode d’emploi.

CIM Internet