Paris Match Belgique

Référendum historique : L’Irlande dit « oui » à la libération de l’avortement, selon un premier sondage

irlande

Le « oui » l'emporterait à 68 %. | © AFP PHOTO / BARRY CRONIN

Société

Selon un sondage réalisé à la sortie des urnes, les Irlandais ont largement voté vendredi par référendum en faveur de l’abrogation de l’interdiction constitutionnelle de l’avortement. Les résultats définitifs devraient être connus samedi après-midi.

« Il semble que nous allons faire l’Histoire demain [samedi] », a tweeté le premier ministre irlandais Leo Varadkar. Si les résultats définitifs devraient être connus cet après-midi, les premiers sondages réalisés à la sortie des urnes sont plutôt positifs pour celui qui a fait campagne pour le « oui » : il l’emporterait avec 68%, rapporte Le Monde. Après le vote en faveur du mariage homosexuel en 2015, l’Irlande, pays à très forte tradition catholique, rompt cette fois-ci avec des siècles de prohibition de l’avortement et laisse aux femmes le choix de faire ce qu’elles veulent de leur propre corps.

Lire aussi > #HomeToVote : Ces Irlandaises qui sont rentrées chez elles pour voter

D’après le journal Irish Times, cité par le journal français, les femmes ont voté à 70 % pour la libéralisation de l’avortement et 30 % contre. Chez les hommes, la proportion est de 65 % pour le oui et 35 % pour le non. Mais c’est au niveau générationnel que la différence est plus flagrante. Alors que les 18-24 ans ont voté à 84% pour la libération de l’IVG, les personnes âgées de plus de 65 ans ont elles voté majoritairement contre le changement de législation.

Une campagne sous tension

Près de 3,5 millions d’Irlandais étaient appelés à se prononcer vendredi sur la question de l’abrogation du 8e amendement de la Constitution, introduit en 1983, qui prohibe de fait tout avortement en protégeant « l’enfant à naître » au nom de son droit à la vie « égal à celui de la mère ». Après le décès de septicémie d’une femme enceinte, une réforme avait toutefois été introduite en 2013, permettant une exception lorsque la vie de la mère est menacée, rappelle l’AFP, cité par la RTBF. La législation irlandaise n’en restait pas moins l’une des plus restrictives d’Europe, avec l’Irlande du Nord et Malte, contraignant des dizaines de milliers de femmes à aller avorter à l’étranger depuis 1983.

Lire aussi > Facebook est toujours incontrôlable (et le référendum irlandais sur l’avortement en est un exemple)

Au cours de la campagne, les divisions entre villes et campagne, jeunes et moins jeunes se sont exacerbées, même si l’Eglise s’est plutôt montrée discrète. Le résultat définitif devrait être connu samedi dans l’après-midi. S’il se confirme être positif, le gouvernement élaborera un nouveau projet de loi qui, s’il est voté par le Parlement, devrait autoriser l’avortement pendant les douze premières semaines de grossesse, et jusqu’à 24 semaines pour raisons de santé.

CIM Internet