Toblerone tunnel : Internet a une nouvelle obsession minceur (malsaine)

La barre de Toblerone, on la préfère dans notre estomac. | © Flickr/Marco Verch

Société

Après le « thigh gap » l’année dernière, voilà que la toile s’affole sur le « Toblerone tunnel » dans une prolifération de hashtags-minceur totalement contre-productive.

C’est comme si chaque première grande vague de chaleur apportait son nouveau « challenge » minceur contre-productif, comme une capsule printemps-été qui n’en finit pas de revenir, malgré qu’on ait pourtant déjà conclu sur le fait que non, le combo claquette-chaussette n’était pas le nouveau bon goût. Après le « ribcage bragging » – la fierté d’avoir une cage thoracique osseuse à exposer à la plage – ou encore le « ab crack » – cette ligne de démarcation des abdominaux qu’il faudrait posséder -, les hashtags minceur accueillent un nouveau venu : le Toblerone tunnel.

Lire aussi > Ribcage bragging, retour du maillot string : l’été s’annonce cruel sur les plages

Toblerone, comme le chocolat, mais sans une once de friandise à l’horizon, semble-t-il. Cette nouvelle obsession des réseaux sociaux, voisine du « thigh gap », est caractérisée par l’apparition d’un triangle entre les fesses et le haut des cuisses, sur les personnes particulièrement minces et musclées, par lequel devrait pouvoir passer une barre de Toblerone. Ses égéries ? Des mannequins qui ont fait du « squelettique-chic » des années 90 leur marque de fabrique : Emily Ratajkowski et Kendal Jenner, citées en exemples pour leur écart en forme de chocolat suisse.

I don’t think you ready for this jelly 🎶 big things coming to @inamorataswim soon

Une publication partagée par Emily Ratajkowski (@emrata) le

Une nouvelle tendance qu’on ne peut que qualifier de dangereuse, alors qu’Instagram est considéré, selon une étude, comme le réseau social jouant le plus avec l’estime de soi de ses utilisateurs.

Lire aussi > Échappées belles et fesses à l’air : la nouvelle tendance déculotée d’Instagram

Tout en faisant la promotion de modes de vie malsains où un écart entre les cuisses est un but à atteindre, des lubies comme celui du « Toblerone tunnel » nous incitent à croire en l’existence d’un corps idéal et standard, reléguant au placard les autres morphologies partagées par la majorité des femmes de ce monde. Une uniformisation de la beauté alarmante, dès lors qu’elle constitue le point de départ de nombreux troubles gravissimes qui peuvent mener jusqu’au suicide.

 

CIM Internet