Paris Match Belgique

Charcuterie : Que se cache-t-il dans les tartines de nos enfants ?

Capture d'écran. | © YouTube : Greenpeace Belgium

Société

À l’occasion de la Semaine internationale sans viande qui se tient jusqu’au 17 juin, Greenpeace relance le débat autour de la charcuterie pour enfants. Après la vidéo choc de Maya l’Abeille, l’ONG partage un nouveau clip qui rappelle l’impact de la surconsommation de viande sur la santé et sur la planète.

 

« Voici ce qui se cache réellement derrière notre sandwich. » Rien de tel qu’un titre simple et évocateur pour une vidéo qui veut capter l’attention du jeune consommateur. Depuis plusieurs semaines, l’association Greenpeace mène une campagne coup de poing contre la charcuterie de mauvaise qualité qui tente de séduire les enfants.

Fin mai dernier, l’ONG avait choqué plus d’un esprit en partageant une publicité parodiée de Maya l’abeille faisant la promotion de cigarettes « avec le meilleur tabac au goût délicieux et doux de miel ». Une vidéo jugée « choquante », notamment par le patron de la compagnie Studio 100 directement visée par Greenpeace. L’association entendait ainsi dénoncer les pratiques du studio cinématographique belge qui détient les droits de Maya l’abeille et vend des produits à son effigie dont… de la mauvaise charcuterie.

Changer les habitudes alimentaires

Dans un clip d’un peu moins d’une minute, l’association Greenpeace rappelle l’essentiel. Que contiennent les tartines protéinées de nos bambins ? Du nitrite, évidemment. Sans quoi, les jolies tranches de saucisson rosées vireraient davantage au gris fade. « La viande ne provient pas de petites fermes, mais de grosses industries », poursuit la vidéo. « Les animaux n’y ont pas une belle vie, ils sont entassés les uns sur les autres », lit-on entre deux tranches de pain aplaties. “Pour lutter efficacement contre le changement climatique, nous devons réduire de moitié notre consommation actuelle de viande », explique dans un communiqué Sébastien Snoeck, expert Agriculture et Elevage chez Greenpeace. « Les habitudes alimentaires de nos enfants sont déterminantes pour l’avenir. C’est pourquoi, ils doivent dès aujourd’hui prendre l’habitude de manger plus d’aliments sains à base de plantes.”

Lire aussi > Le chou-fleur, l’arme « junk food » des végétariens

Réduire de moitié sa consommation de viande

Avec ses vidéos, Greenpeace espère élever le débat sur la responsabilité des entreprises qui vendent de la charcuterie destinée aux enfants. « Les entreprises qui en vendent et singulièrement celles qui visent les enfants, comme Studio 100, ont un devoir d’exemplarité. Il en va de leur responsabilité de proposer des alternatives saines et bonnes pour la planète, c’est-à-dire à base de plantes ou de viande de meilleure qualité », écrit l’ONG dans un communiqué.

Lire aussi > Boucherie végétale : De la « fausse viande » pour en consommer moins

À travers sa grande campagne, Greenpeace appelle également à réduire de moitié la consommation de viande dans le monde d’ici 2050, notamment en Belgique. « C’est probablement la mesure la plus efficace pour réduire son propre impact sur la planète Terre. » Un message qui tombe plutôt bien, à l’occasion de la Semaine internationale sans viande qui dure jusqu’au 17 juin prochain.

CIM Internet