Paris Match Belgique

Black Hand : L’un des hauts lieux du « dark web » a été démantelé

Le forum, très actif, proposait à la vente stupéfiants, armes, faux papiers, données bancaires volées... | © Unsplash

Société

L’une des plus importantes plateformes illégales actives en France sur le « dark web » a été démantelée à l’issue d’une opération « hors norme » menée par les douanes, a annoncé samedi le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

Le forum « Black Hand » (« La main noire »), actif dans la partie de l’internet non référencée par les moteurs de recherche, proposait à la vente depuis plus de deux ans de nombreux produits et services illicites (stupéfiants, armes, faux papiers, données bancaires volées…), selon le communiqué du ministre.

Du cash, des cryptomonnaies et des données saisis

La principale administratrice du site et « plusieurs autres personnes ont été interpellées » tandis que du matériel informatique et plusieurs documents d’identité falsifiés ont été découverts lors de cette opération menée mardi dernier par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) dédiée à la lutte contre la fraude sur Internet.

Lire aussi > Cryptomonnaies : En Islande, dans une « ferme » de bitcoins

Près de 4.000 euros en liquide et environ 25.000 euros dans diverses monnaies virtuelles ont également été saisis. Les enquêteurs ont aussi pu accéder au contenu du serveur de « Black Hand » et procéder à la saisie massive des données.  A l’issue de 48H de garde à vue, quatre suspects ont été déferrés vendredi devant des magistrats du parquet de Lille, a précisé le ministre. Selon les premiers éléments de l’enquête, plus de 3.000 personnes étaient inscrite sur ce forum, « confirmant ainsi le caractère très actif de ce forum français« .

Opération « exceptionnelle »

Qualifiée d' »exceptionnelle », cette opération, « première du genre en France » a mobilisé « plus d’une quarantaine d’agents de la DNRED, des maîtres-chiens de la douane et plusieurs experts technique. Elle s’est déroulée simultanément dans plusieurs villes de France. L’enquête, qui se poursuit, a été confiée à l’Office central de la lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et et de la communication.

(Avec Belga)

CIM Internet