Paris Match Belgique

Petite histoire du cannabis au Canada

cannabis canada

Le 17 octobre 2018, les citoyens canadiens pourront fumer du cannabis à usage récréatif, et ce en toute légalité. | © Image d'illustration / Unsplash

Société

Cinq ans après l’Uruguay, le Sénat canadien a adopté un projet de loi permettant la libre consommation et production de cannabis. Cela met donc fin à la prohibition du cannabis, en vigueur depuis 1923 au Canada.

Le débat est encore vif et certains sont dubitatifs, mais le Canada est bien devenu le premier pays du G7 à autoriser la pleine consommation et production du cannabis [qui entrera en vigueur le 17 octobre précisément], cinq ans après que l’Uruguay soit devenu le premier pays au monde à légaliser de la sorte. Cette réforme était une promesse-phare de la campagne de Justin Trudeau en 2015, dans un pays où les associations luttant pour la légalisation ont été particulièrement actives ces dernières années.

Lire aussi > Maroc : Sur les routes touristiques du cannabis

Jusqu’au début du 20ème siècle, on pouvait acheter librement de l’opium, de la cocaïne et du cannabis au Canada. Il aura fallu attendre 1923 pour qu'une première législation interdise le cannabis, jusque là en vente libre au pays du sirop d'érable. Étrange, pour un produit qui n'était guère populaire à l'époque. Alors pourquoi cette première interdiction aussi tôt ?

L'influence américaine

Les autorités canadiennes auraient tout simplement suivi ce que faisaient leurs voisins du sud, pense Line Beauchesne, professeure agrégée au Département de criminologie de l'Université d'Ottawa. La marijuana avait déjà été interdite dans quelques États américains, dont la Californie, le Wyoming et le Texas.

© La journée annuelle de la marijuana, à Vancouver en Avril dernier. ABACAPRESS / Darryl Dyck

Une influence américaine qui n'est pas anodine. Les États-Unis, où l'immigration mexicaine commenait à s'intensifier, s'inquiétaient des dangers de la fleur de cannabis. D'une part pour des considérations migratoires, les immigrants mexicains en apportant dans leurs valises, et le pays de l'Oncle Sam étant désireux de les repousser de l'autre côté de la frontière, déjà.

Trouble de l'ordre public

L'autre facteur étant de l'ordre de la moralité. Les consommateurs de cannabis étaient à l'époque, en Amérique du Nord, vus commes des personnes déviantes et troublant l'ordre public. En témoignent ces paroles d'Emily Murphy en 1922, alors juge dans l'État de l'Alberta au Canada, dans son livre Black Candle « Quand ils sont sous l'influence [de la marijuana], ils deviennent des maniaques obsédés susceptibles de tuer (...) d'autres personnes des manières les plus sauvages et cruelles ».

© Un drapeau canadien siglé d'une fleur de cannabis, à Ottawa en 2016. AFP PHOTO / Chris Roussakis

Lire aussi > Cannabis : le nouveau filon de la jardinerie

Une situation qui a bien changé depuis. L'usage de la « ganja » était déjà autorisé à des fins thérapeutiques au Canada depuis 2001, comme dans de nombreux États américains. L'Amérique du Nord a bel et bien une longueur d'avance au niveau des mentalités sur la vieille Europe, à la traîne. La plupart des pays européens considérant l'usage récréatif du cannabis toujours comme illégal.

CIM Internet