Paris Match Belgique

Le binge drinking nuit à votre sommeil

La consommation rapide et excessive d'alcool vous ferait dormir moins et vous rendrait de plus en plus dépendant. | © Image d'illustration / Unsplash

Société

Des chercheurs de l'université du Missouri ont découvert que boire de l'alcool avec excès pourrait nuire à notre sommeil et pertuber le gène qui régule le repos.

L’hyperalcoolisation chez les jeunes [ou plus communément appelé binge drinking] se réfère à l'action d'ingurgiter des quantités d'alcool sur un très court laps de temps. Selon Newsweek, il s'agirait d' « environ quatre ou cinq verres par heure ».

Lire aussi > Netflix : Après les Simpson, Matt Groening crée une princesse alcoolique

Les cycles du sommeil brouillés

Ce phénomène, qui fait des ravages et dont on parle déjà beaucoup, trouve une nouvelle fois résonnance dans une nouvelle étude publiée fin mai. Elle indique une corrélation de ces épisodes d'alcoolisation intense avec les troubles du sommeil et une perturbation du gène qui régule le repos.

(L'abus d'alcool est dangereux pour votre santé ... et pour votre sommeil).

Les chercheurs de l'université du Missouri, aux États-Unis, ont laissé des souris consommer de l’alcool pendant une session de quatre heures. Les auteurs de l’étude précisent que ces animaux de laboratoire ont un mode de consommation excessif, bref, ils s'adonnent au binge-drinking.

Les scientifiques ont analysé le rythme du sommeil des rongeurs et ont déterminé qu’une seule cuite suffirait à perturber le gène qui régule le repos. Résultat: les souris restaient éveillées pendant de plus longues périodes et dormaient moins longtemps, tandis que l’adénosine, une molécule qui favorise l’endormissement, était en baisse.

À partir de quatre ou cinq verres par heure, votre sommeil pourrait être fortement perturbé ... / © Pexels

« Nous ne nous attendions pas à de tels résultats. Nous avions des théories selon lesquelles ce gène serait perturbé après plusieurs sessions de binge-drinking... mais pas après une seule. Ça montre bien que vos gènes peuvent être altérés après seulement quatre ou cinq verres », indique Mahesh Thakkar à Newsweek, principal auteur de l'étude et professeur en neurologie.

Newsweek souligne que même si les études sur les souris ne peuvent pas êtres considérées comme applicables à l’homme, les résultats restent inquiétants.

Des changements cérébraux alarmants

« Si vous binge-drinkez, vous pouvez être sûrs que le lendemain, vous ressentirez le manque de sommeil et en conséquence vous aurez besoin de boire encore plus d'alcool pour vous endormir. C'est un cercle vicieux. Afin de comprendre comment stopper ce cycle, il faut d'abord que l'on détermine le processus engagé », explique encore Mahesh Thakkar.

Lire aussi > Plus de dix verres d’alcool par semaine et l’espérance de vie raccourcit

Selon une autre étude publiée l'an dernier, le binge drinking peut causer des changements cérébraux alarmant chez les jeunes et provoquer les premiers symptômes de lésions cérébrales causées par l’alcool. Et près de la moitié des étudiants en Fédération Wallonie-Bruxelles seraient des adeptes de cette pratique dangereuse. Autant de signaux alarmants qui devraient (peut-être) nous faire consommer moins d'alcool, en toute modération.

CIM Internet