Paris Match Belgique

Square Lumumba : la censure de Ludo De Witte revue et corrigée

Une place Lumumba rêvée, lors d'une exposition à la Galerie Ravenstein de Bruxelles. | © BELGA PHOTO ANTONY GEVAERT

Société

Quelques heures après la publication de l’article de Paris Match.be, la ville de Bruxelles a pris contact avec le sociologue Ludo De Witte pour lui dire qu’en définitive, il était le bienvenu à la conférence organisée ce soir en marge de l’inauguration d’un square Lumumba…

Ce 30 juin, la ville de Bruxelles inaugurera un « square Patrice Lumumba » du nom du premier chef de gouvernement de la République Démocratique du Congo assassiné le 17 janvier 1961. A l’occasion de cet évènement, la ville de Bruxelles organise divers évènements dont une conférence intitulée Lumumba et la lutte contre l’impérialisme : idéaux, principes d’égalité et de justice ; Le combat qui dérange ? Non-dits et dossiers cachés. Titre ô combien paradoxal : invité à participer à ce débat, le plus grand spécialiste belge de ce dossier sensible a été interdit de prise de parole sur ordre du bourgmestre Philippe Close (PS)… Mais depuis la parution de notre article, hier, l’annulation de l’invitation a été annulée.

Rétroactes. Trois jours avant la tenue du dudit débat auquel il avait été invité à la demande d’associations afro-descendantes, Ludo De Witte recevait un étonnant appel téléphonique d’une conseillère communale bruxelloise, la socialiste Lydia Ngoï Mutyebele, lui signifiant, qu’en définitive, il n’était pas le bienvenu. « Cette dame m’a dit que je ne devais pas participer à cette conférence en raison d’un ‘souci organisationnel’ » nous a expliqué Ludo De Witte. Dans la foulée, le sociologue apprenait que, peu avant ce coup de fil, la ville de Bruxelles avait fait savoir aux associations afro-descendantes participant à l’évènement qu’il serait inopportun qu’il prenne la parole au motif que dans un passé lointain la Sûreté de l’État se serait intéressé à lui ! Contacté par Paris Match Belgique hier, la porte-parole du bourgmestre de Bruxelles en ajoutait une couche : « Il s’agit d’une manifestation apolitique, et Monsieur De Witte est engagé politiquement. À sa place, nous avons décidé de mettre en avant un des représentants des associations ». De quel engagement politique parle-t-on ? Refus de réponse de la ville de Bruxelles : « À vous de faire vos recherches ».

©BELGA PHOTO CHRISTOPHE LEGASSE – Ludo De Witte durant une conférence de presse en 2010.

À la suite de la révélation de ces accusations aussi farfelues que déplacées qui tentaient en vain – et en dehors du regard des médias dans un premier temps- de cautionner une opération de censure, la ville de Bruxelles a changé son fusil d’épaule. C’est ce que le sociologue racontait hier à 23 heure 30 sur sa page Facebook : « Il y a plus ou moins une heure, je reçois un coup de fil d’Audrey Dubois, collaboratrice de Ph. Close, pour me dire que je peux participer à la conférence de demain. C’est clair que les réactions sur le web et l’article de Paris Match ont eu un impact ! Je lui ai répondu que j’exige d’abord des excuses pour les mots diffamatoires qui ont été prononcé à la réunion préparatoire d’avant-hier et au journaliste Michel Bouffioux de Paris Match – mots qui mettent en cause mon intégrité scientifique. (…) J’ai insisté pour recevoir des excuses et j’ai dit que mon attitude dépendrait du contenu de son invitation écrite – une invitation qu’elle voulait ostensiblement limiter à une invitation orale ».

Suite à son insistance, Ludo De Witte reçoit un mail quelques instants plus tard : “Monsieur De Witte, Comme indiqué au téléphone à l’instant, dans un esprit d’apaisement et pour faire taire d’éventuelles polémiques, je vous confirme que vous êtes le bienvenu demain soir pour exposer votre travail et vos recherches sur Patrice Lumumba à l’Hôtel de Ville. En raison du nombre d’intervenants présents pour les conférences (à savoir 8), nous vous demandons néanmoins, pour l’organisation du programme, de limiter votre intervention à une dizaine de minutes. L’esprit de cette commémoration qui a reçu le vote unanime du Conseil communal de la Ville de Bruxelles se veut un esprit rassembleur. Il vous appartient bien évidemment de décider de participer à cette conférence et quelle que soit votre décision, nous la respecterons. Recevez l’expression de mes sentiments distingués. Audrey Dubois

Nous avons tenté d’obtenir un commentaire de Philippe Close (PS), le bourgmestre de la Ville de Bruxelles mais, pour l’heure, celui-ci est muet.

CIM Internet