La résistance magique contre Trump

La résistance magique contre Trump

Même si l'incantation demande quelques objets essentiels, le sortilège peut être exécuté par tous, même par les apprentis sorciers. | © AFP PHOTO / CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Société

Face à Donald Trump et sa politique, des sorcières et mages américains se sont rassemblés pour invoquer des forces supérieures et ainsi mettre le président hors d’état de nuire. Un mouvement de protestation alternatif, aux influences historiques et féministes, que les Catholiques ne voient pas d’un bon œil.

« À exécuter à minuit à chaque premier croissant de lune jusqu’à ce qu’il soit relevé de ses fonctions », débute la formule magique. Plutôt que sur un parchemin écorné, couvert d’inscriptions mystérieuses, le message est tapé en lettres ordinaire, sur une plateforme d’hébergement de contenu. Rien de sorcier là-dedans. Ce qui l’est, c’est l’intention derrière ce nouveau type de protestation citoyenne qui s’abat sur Donald Trump depuis quelques jours.

Car c’est un véritable balais de mages et sorcières qui a défilé devant la Trump Tower ces derniers jours. Vendredi, alors que la lune présentait à la nuit noire son premier croissant, des Américains – soutenu par Lana Del Rey, si l’on en croit un tweet cryptique de la chanteuse – ont tenu un « rassemblement magique » dans le but et l’espoir de faire décamper le président du bureau ovale.

Alors que les manifestations « classiques » ne semblent avoir aucun impact sur la politique du nouveau gouvernement, plus de 12 500 personnes ont adhéré à un groupe Facebook qui se présente comme la « résistance magique du pays ». Plutôt que de parler de magie noire, l’initiative résonne comme le désir d’organiser une réunion pacifique, mais avec un impact direct et immédiat sur sa cible : l’impopulaire 45ème président des États-Unis.

Un sortilège open source et non létal

« Ce sortilège est open source, et peut être modifié pour s’adapter à votre pratique spirituelle ou système magique – les éléments critiques sont la simultanéité (…) et l’énergie des participants », peut-on lire en introduction à la formule. Ainsi, la bougie orange peut être remplacée par une mini-carotte – toute ressemblance avec un personnage existant étant totalement fortuite – et la sentence de conclusion « Ainsi soit-il » par « Vous êtes viré ».

« Le but n’est pas de le blesser ou de le tuer », précise le groupe. « Ce n’est pas l’équivalent magique d’un coup de poing à un nazi ; plutôt comme lui arracher son porte-voix des mains, détruire son téléphone pour qu’il ne puisse plus tweeter, l’attacher et le jeter dans un sous-sol sombre pour qu’il ne puisse plus blesser personne », indique la page, non sans humour. Comme référence, il cite la « bataille magique anglaise », qui avait également lancé un méga-sortilège contre Hitler en 1941. Aux États-Unis déjà, une performance artistique avaient également tenté un exorcisme et une lévitation du pentagone en 1967.

La résistance magique grandira  et deviendra une force pour un changement politique et social.

Michael Hughes, l’esprit derrière la formule magique, est honoré d’être à l’origine d’une première expérience sorcière pour beaucoup. Sur les réseaux sociaux, il assure que « ce n’est que le début – la #Résistance magique grandira organiquement, comme elle le doit, et deviendra une force pour un changement politique et social ».

Pour la plupart de ces manifestants alternatifs, il s’agit surtout de réaffirmer à nouveau leur mécontentement face à Donald Trump. Sur Facebook, le groupe professe : « Le simple fait de l’exécuter [la formule magique] résultera en un éclaircissement de l’esprit, un relâchement de la tension et une suppression du pouvoir occulte de Trump. Et qui n’a pas besoin de cela ? », interrogent les créateurs de la page, avant de poursuivre, « La menace deTrump et de sa cabale est énorme, pas seulement pour les individus, mais pour le corps et l’esprit collectif ».

Du bûcher aux chercheuses

Pour d’autres encore, c’est surtout une protestation féministe, la femme indépendante ayant souvent été associée à la figure de la sorcière par le passé – surtout dans la tradition américaine. En octobre dernier déjà, des chercheuses, dont Laurie Essig, la directrice du programme d’études en genre, sexualité et féminisme du Middlebury College, avaient initié un mouvement semblable, en organisant un pré-Halloween spécial Trump.

Elle avaient alors réagi à la déclaration du candidat d’alors, qui avait appelé Hillary Clinton une « nasty woman » – soit une « mauvaise femme », ce dont on qualifiait également les sorcières.

Riposte chrétienne

Si Donald Trump ne doit pas prendre la menace au sérieux, au vu de son manque de réaction, pour l’Alliance chrétienne nationaliste américaine, mieux vaut prévenir que devoir guérir un président sous le coup d’un sortilège. Ce groupuscule d’extrême-droite, pour qui l’Amérique a été fondée par « des hommes chrétiens sur des dogmes chrétiens », a appelé ses partisans à contrer les forces magiques par des prières.

« Nous appelons tous les soldats chrétiens à nous rejoindre en priant pour la force de notre nation, nos élus et pour les âmes des perdus qui prendraient les armes sataniques contre nous », peut-on lire sur le site de la CNA. Mais selon l’Alliance, la « guerre sainte » a déjà commencé quelques semaines plus tôt, quand l’épouse du président a récité le « Notre père » au cours d’un meeting en Floride. « Une bataille que nous avons attendue », assure le groupe. Reste à savoir jusque quand les incantations et prières se cantonneront au domaine des mots, aux États-Unis.

CIM Internet