Paris Match Belgique

Un bébé d'un an comparaît devant un juge de l'immigration aux États-Unis

immigration

Une mère, originaire du Guatemala, demande au gouvernement américain de lui redonner son fils. | © AFP PHOTO / Johan ORDONEZ

Société

Une scène surréaliste s'est produite à la cour d'Arizona, aux États-Unis : un enfant âgé d'à peine un an a comparu, sans ses parents, devant un juge de l'immigration.

À la cour d'Arizona se trouvait un enfant âgé d'un an. Vêtu d'une chemise verte, le petit Johan, originaire du Honduras, a bu du lait, a joué avec une boule mauve qui s'allumait en heurtant le sol et demandait occasionnellement de l'eau, raconte l'Associated Pressavant de passer devant le juge. Sans ses parents. Vu son très jeune âge, la scène semble surréaliste et a eu le mérite de mettre mal à l'aise le juge de l'immigration John W. Richardson. "Je suis gêné de demander, parce que je ne sais pas à qui vous l'expliqueriez, à moins que vous pensiez qu'un enfant d'un an pourrait apprendre la loi sur l'immigration", a-t-il déclaré en s'adressant à l'avocat du bébé.

Lire aussi > L'administration Trump cite la Bible pour justifier la séparation des enfants de migrants

Tolérance zéro

Comme des centaines d'autres enfants, Johan a été séparé de ses parents, coupables d'avoir voulu traverser illégalement la frontière. Face aux images d'enfants en pleurs, parfois en cage, et tenus à l'écart de leurs parents durant plusieurs jours, l'administration Trump a été lourdement critiquée pour sa politique de tolérance zéro en matière d'immigration et ses conséquences inhumaines. Les accusations ont également visé le système judiciaire du pays qui exige que les enfants - certains encore en couches - comparaissent devant les juges et fassent l'objet d'une procédure d'expulsion alors qu'ils sont séparés de leurs parents. Selon l'assocation Kids in Need of Defense, les enfants n'ont pas droit à un avocat nommé par le tribunal et 90% des enfants sans représentation juridique sont renvoyés dans leur pays d'origine.

Lire aussi > "Bienvenue en Amérique" : La couverture puissante du Time contre la politique migratoire de Trump

Dans le cas de Johan, son avocat a déclaré que le père du petit garçon l'avait amené aux Etats-Unis, mais qu'ils avaient ensuite été séparés, sans donner de précision sur la date de cet événement. Expulsé, son père vit depuis au Honduras. Johan a reçu finalement "un ordre de départ volontaire" pour retourner dans son pays d'origine et rejoindre sa famille.

100 enfants de moins de 5 ans séparés de leurs parents

Six jours après la signature par Donald Trump d'un décret pour mettre fin aux séparations, un juge de San Diego a ordonné le 26 juin dernier sous 15 jours des enfants de moins de 5 ans avec leurs parents, et sous 30 jours pour les autres, rappelle L'Obs. En quelques semaines, plus de 2 300 enfants avaient été séparés de leurs parents, dont environ 100 de moins de 5 ans. "Plus de 500 ont déjà retrouvé leurs parents mais le gouvernement peine à tenir le rythme", indique le journal français.

CIM Internet