Paris Match Belgique

Le paquet de cigarettes neutre change-t-il vraiment quelque chose ?

En Belgique, l'instauration d'une telle mesure, au programme de la ministre de la Santé publique Maggie De Block, devrait être validée avant le 21 juillet. | © Unsplash : Mathew MacQuarrie

Société

La majorité des Belges serait favorable au paquet neutre, révèle un sondage. Mais au fond, quel impact ont ces paquets uniformes et standardisés sur les fumeurs ?

 

Exit les logos, fini les marques et les couleurs. Les paquets de cigarettes rendus anonymes sont en bonne voie pour conquérir la Belgique.

D’après un sondage demandé par la Fondation contre le cancer, la majorité des Belges serait favorable au paquet neutre, rapporte Le Soir ce mardi. Selon un sondage en ligne réalisé au mois de mars par l’institut de sondage GfK auprès de 3 500 Belges âgés de 15 à 75 ans, 61% des sondés pensent que le paquet neutre devrait être obligatoire, alors que 23% sont contre et 16% sans avis sur la question. Mais au fond, ces paquets uniformes et standardisés ont-ils un réel impact sur la consommation de tabac ?

Lire aussi > Bientôt moins de nicotine dans les cigarettes pour les rendre non-addictives

Les jeunes en priorité

La Fondation contre le cancer en est convaincue : « De nombreuses études menées dans différents pays, avec différentes méthodologies, arrivent toutes à la même conclusion : un emballage neutre diminue l’attrait du tabac », écrit-elle sur son site. Notamment auprès des jeunes, cible principale des stratégies de marketing savamment orchestrées par l’industrie du tabac. « Les fabricants de cigarettes ont tout intérêt à nous faire adopter le tabac dès notre plus jeune âge (…) Ils comprennent très bien aussi que tous les fumeurs qui commencent jeunes restent fumeurs », précise-t-on. Or, « un emballage de cigarettes neutre, identique pour toutes les marques de tabac, exerce un effet dissuasif sur les jeunes », insiste la Fondation.

Les jeunes sont la cible principale de l’industrie du tabac. © Unsplash / Amritanshu Sikdar

Pas d’impact immédiat

En France, où le procédé est entré en vigueur depuis environ un an et demi, le constat est différent. Selon une étude réalisée par l’Observatoire français des drogues et toxicomanies entre novembre 2016 et février 2017, les adolescents fumeurs seraient plutôt indifférents à l’effet du paquet neutre. D’après 84,7% de ces fumeurs, « le paquet n’a aucune importance, c’est le goût qui compte ». Seulement 16,2% croient « qu’il est possible d’acheter des cigarettes uniquement parce que le paquet nous plaît », précisait-on dans les médias en mars dernier. Quant aux ventes, sept mois après son instauration chez les buralistes de l’Hexagone, le paquet neutre ne semblait pas les avoir diminuées. En août 2017, on affirmait même que les ventes de cigarettes avaient augmenté entre janvier et juillet 2017. La preuve qu’une telle mesure doit être évaluée sur le long terme, associée à l’augmentation du prix du tabac, justifiait-on.

Lire aussi > Le tabac, c’est tabou, et la cigarette électronique, c’est pas fantastique

En Belgique, l’instauration d’une telle mesure, au programme de la ministre de la Santé publique Maggie De Block, doit être validée avant le 21 juillet, sous peine d’être reportée à la prochaine législature. Le procédé est entré en vigueur en janvier 2017 en France, et existe dans d’autres pays précurseurs comme l’Australie, le Royaume-Uni et la Hongrie.

 

Avec Belga

CIM Internet