Paris Match Belgique

Amnesty dénonce la condamnation à mort d’une reine de beauté au Kenya

Ruth Kamande, en mai 2018. | © AFP PHOTO

Société

Ruth Kamande, 24 ans, a été reconnue coupable du meurtre de son compagnon. Celle qui a été élue reine de beauté en prison a été condamnée à la peine de mort jeudi, provoquant l’inquiétude d’Amnesty.

Une reine de beauté condamnée à mort. Jeudi, Ruth Kamande, 24 ans, a été condamnée à la peine de mort pour le meurtre de son compagnon, dont elle avait été reconnue coupable en mai dernier. Amnesty International a dénoncé la peine vendredi : « Nous sommes préoccupés de voir que le Kenya continue de recourir à ce mode de punition cruel, inhumain et d’un autre temps. Cette sentence est un revirement à la pratique judiciaire au Kenya, où les peines de mort sont commuées en peines de prison », a écrit Irungu Houghton, le directeur exécutif d’Amnesty International au Kenya, dans un communiqué.

Lire aussi > Au Kenya, des ados créent une application pour lutter contre l’excision

La juge Lessie Lesiit, qui a énoncé la sentence, l’a motivée en expliquant que la jeune femme n’avait témoigné aucun remord. Le crime remonte à la fin de l’année 2015 : alors âgée de 21 ans, Ruth Kamande avait poignardé 25 fois son compagnon après qu’une dispute a éclaté lorsque la jeune femme a découvert que son petit-ami suivait un traitement contre le VIH, selon The Standard. Elle avait été incarcérée à la prison de Lang’ata, à Nairobi, la capitale, où elle avait remporté le concours de beauté Miss Lang’ata au début de l’année 2017.

Peines commuées pour 2700 prisonniers en 2016

Si elle continue à être prononcée, aucune peine de mort n’a été appliquée depuis 1987. Le président Uhuru Kenyatta avait même commué, en 2016, les condamnations à mort en prison à vie de quelque 2700 prisonniers. L’avocate de Ruth Kamande, de son côté, a assuré qu’elle ferait appel du jugement, arguant que sa cliente vient d’être reçue à l’université.

CIM Internet