Paris Match Belgique

Meurtre de Nia Wilson : Anne Hathaway dénonce « le privilège des blancs »

nia wilson

Nia Wilson vue par l'artiste Ruben Guadalupe Marquez. | © @broobs.psd (Capture Instagram).

Société

Assassinée le 22 juillet dans un train en Californie vraisemblablement pour sa couleur de peau, la jeune afro-américaine Nia Wilson, qui n’avait que 18 ans, provoque l’émoi outre-Atlantique.

Son nom est en train de résonner comme un mauvais refrain pour pas mal d’américains. Son nom c’est Nia Wilson, jeune afro-américaine pas encore majeure dans son pays, assassinée le 22 juillet dernier dans un train à Oakland, dans la baie de San francisco, en Californie.

Lire aussi > Saint-Louis : La mobilisation contre les violences policières et l’injustice tourne mal

Nia Wilson a été poignardée par un autre jeune américain qui n’a que 27 ans, prénommé John Lee Cowell. Le New york Times révèle qu’il est presque certain, pour la justice américaine, que le jeune homme a déterminé son acte par ses convictions profondément racistes, sa schizophrénie et sa bipolarité comme en a attesté un témoignage de la famille du meurtrier.

Une Amérique qui avance sans trop s’arrêter

#niawilson #bart #bayarea #oakland #thisisamerica #artlife #copic #pen #blackgirlsmatter

Une publication partagée par Jay Pee (@paintpimp215) le


Cet assassinat réveille une Amérique toujours ébranlée par les violences de Saint-Louis l’an passé, et montre que le chemin est encore long. Encore long pour que les afro-américains ne vivent plus dans cette peur d’être attaqués, unjuriés ou salis pour leur couleur de peau.

Lire aussi > « This is America » : L’autre Donald qui fait trembler l’Amérique

Nia, avant d’être victime elle-même ce de qui pourrait donc se confirmer être un crime de haine à cause de sa couleur de peau, a aussi été témoin de la mort d’une de ses connaissances, Reggina Jefferies, pour les mêmes raisons en 2016. La jeune femme dansait sur une chanson de gospel, Never Would’ve Made It, lors d’une veillée funèbre, et est tombée dans les bras de Nia Wilson, qui a recceuilli les derniers mots de Reggina, après que quelqu’un ait ouvert le feu sur l’assemblée. Sa soeur Malika se souvient : « [Nia] aurait été là pour toi. Elle t’aurait aidé de toutes les manières possibles ».

Des réactions à la pelle

Les meurtres d’afro-américains sont devenus d’une banalité affligeante au pays de Trump, le mouvement « Black Lives Matter » essayant tant bien que mal de réveiller cette Amérique qui avance sans trop s’arrêter et se poser les bonnes questions.

Le « privilège des blancs »

De nombreuses stars du cinéma et de la musique se sont donc tout naturellement insurgées sur les réseaux sociaux, rappelant que « Black Lives Matter » n’est pas juste un hashtag mais une manière de penser que les américains se doivent d’intégrer. L’actrice Anne Hathaway, notamment, a délivré un message percutant via son compte Instagram en dénonçant « le privilège des blancs qui ne connaisent pas cette peur d’être attaqués ». L’actrice pose la question : « Avons-nous (les blancs) vraiment un comportement décent ? Pas dans nos intentions, mais dans nos actions ? Ou dans notre manque d’agissements ? »

The murder of Nia Wilson- may she rest in the power and peace she was denied here- is unspeakable AND MUST NOT be met with silence.  She is not a hash tag; she was a black woman and she was murdered in cold blood by a white man. White people- including me, including you- must take into the marrow of our privileged bones the truth that ALL black people fear for their lives DAILY in America and have done so for GENERATIONS.  White people DO NOT have equivalence for this fear of violence. Given those givens, we must ask our (white)selves- how “decent” are we really?  Not in our intent, but in our actions?  In our lack of action? Peace and prayers and JUSTICE for Nia and the Wilson family xx Note: the comments for this post are closed. #blacklivesmatter #antiracist #noexcuse #sayhername #earntherighttosayhername

Une publication partagée par Anne Hathaway (@annehathaway) le


La chanteuse Janelle Monae a elle aussi réagi en érigant Nia au rang de symbole dans la lutte contre le racisme. « Alors que tu étais en train d’aider quelqu’un d’autre, tu as été assassinée. Ta vie comptait, Nia Wilson. Ton nom a une signification pour nous, nous n’arrêterons pas de le scander », dit-elle en s’adressant directement à la jeune fille.


D’autres personnalités féminines se sont manifestées sur les réseaux. La chanteuse Princess Nokia ou les actrices Reese Witherspoon et Viola Davis pointant du doigt, à leur tour, l’horreur que vivent les noirs américains depuis trop longtemps.

(TRIGGER WARNING ) Today I think of Nia Wilson and weep alongside our community due to this act of gruesome senseless violence and bigotry. Today I think of Nia Wilson, not as a murder victim but as a beautiful & intelligent fun 18 yr old young woman full of life and joy, Because that’s who she was. Because before this, Nia and her sister Latifa were on the brink of their womanhood and just starting to the experience the beauty of growth, self discovery, and love. Embodying black girl magic and millennial strength & beauty ! Today I mourn her along with the countless other brothers and sisters killed because of racism in Amerikkka. And to be honest, I hope John cowell gets his throat slit in prison. Death to all white supremicist and the aryan brotherhood. BLACK LIVES WILL ALWAYS MATTER. BLACK CHILDREN WILL ALWAYS MATTER ✊🏿✊🏿✊🏿✊🏿✊🏿✊🏿✊🏿

Une publication partagée par Princess Nokia (@princessnokia) le

CIM Internet