Paris Match Belgique

Des enfants migrants obligés de se prostituer pour passer la frontière franco-italienne

Une manifestation pro-migrants à Vintimille, en Italie, le 14 juillet dernier. | © AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

Société

Ces mineurs sont contraints de se prostituer pour payer des passeurs et entrer en France, selon l’ONG Save the Children Italia.

Des migrants mineurs obligés de se prostituer pour passer de l’Italie à la France. Voilà le terrible constat dressé par l’ONG Save the Children Italia à la frontière transalpine. Ces mineurs, principalement issus des pays sub-sahariens, seraient forcés de recourir à la prostitution afin de payer des passeurs, qui réclament entre 50 et 150 euros pour avoir une chance de passer, et traverser la frontière. Sans argent, certains se prostitueraient aussi contre de la nourriture.

Lire aussi > En Hongrie, aider les migrants peut désormais conduire en prison

« De très jeunes filles, particulièrement exposées, composent un flux invisible de migrants mineurs non accompagnés qui transitent du nord de l’Italie pour tenter de retrouver leurs proches dans d’autres pays européens. Elles sont privées du droit à voyager de manière sécurisée et légale », déplore Raffaela Milano, directrice des programmes Italie-Europe de Save the Children, dans The Guardian.

1900 jeunes filles abusées

Raffaela Milano ajoute que ces jeunes filles sont « exposées de manière répétitive à des cas d’abus et d’exploitation » et que la plupart d’entre elles « vivent dans des conditions extrêmement dégradantes ».

La situation se serait aggravée depuis le démantèlement du camp de migrants de la rivière Roya, aux abords de Vintimille en Italie. Selon l’organisation humanitaire, plus de 16 500 migrants, dont un quart d’enfants, auraient franchi Vintimille durant les neuf mois précédant avril 2018.

Lire aussi > Migrants de l’Aquarius : Un bras de fer géopolitique en haute mer

Le rapport fait état d’autres cas d’abus sexuels sur des migrants dans d’autres zones d’Italie, dans la région de Rome et en Sardaigne notamment. 1900 jeunes filles auraient été abusées entre janvier 2017 et mars 2018, une bonne centaine d’entre elles étant des enfants très jeunes.

CIM Internet