Paris Match Belgique

Commonspoly : l’anti-Monopoly qui rappelle la valeur des ressources

Le Commonspoly renverse les règles capitalistes du Monopoly. | © Jaciel Melnik / Unsplash

Société

Version hackée du jeu de société le plus vendu au monde, Commonspoly a été imaginé par le collectif espagnol Zemo98. Le Commonspoly renverse les règles capitalistes du Monopoly et insiste sur la valeur des biens communs.

Les ressources mondiales sont sur le point d’être totalement privatisées, transformant l’ensemble des citoyens en esclaves des multinationales. Cette ère est proche mais elle peut encore être évitée, si tous les citoyens de bonnes volontés autour du globe agissent de concert. Impossible de gagner seul dans le Commonspoly, la stratégie doit être construite en groupe pour lutter contre un ennemi commun : les crises financières, le chômage, les changements clmatiques. En tant que citoyen décidé à combattre la privatisation des ressources, vous allez devoir coopérer avec les autres joueurs. Mais vous jouez contre le temps, vous aurez entre 10 et 20 tours avant que toutes les ressources ne soient privatisées. 

Lire aussi > Après la version STIB, les tricheurs sont mis à l’honneur par Monopoly 

Le Commonspoly, un Monopoly anti-capitaliste, a été inventé lors d’un Hackcamp en 2015 par le collectif espagnol Zemo98. Ses membres ont copié le design et conservé les dés, mais ils ont changé les règles du jeu. Le Commonspoly renverse l’esprit capitaliste : les joueurs ne peuvent gagner qu’en jouant tous ensemble. Il les oblige à coopérer au lieu d’entrer en compétition. Plutôt que d’acheter toute la rue Neuve, vous pouvez atterir sur une coopérative, un skate park ou un atelier de fabrication. Personne ne peut gagner ou perdre individuellement. Le but principal de ce Monopoly pirate est de préserver les ressources en commun, et vous ne pouvez le faire qu’en collaborant avec d’autres joueurs. Le Commonspoly revient à l’esprit originel du jeu.

WikiCommons

Un retour aux buts premiers

Inventé en 1904 par Elizabeth Magie Philips, secrétaire américaine socialiste, et baptisé The Landlord’s Game (le jeu du propriétaire), le jeu avait déjà pour but de prévenir les joueurs des risques de monopoles et dénoncer ses dérives. Elizabeth Magie Philips voulait montrer aux enfants que l’accumulation des richesses n’était pas un bien pour la communauté. Racheté ensuite par la société Parker Brothers, le jeu fait désormais l’apogée du profit. 

Lire aussi > Friends revient (en version Monopoly)

Le Monopoly est le jeu de société le plus populaire au monde. Depuis sa commercialisation en 1935, 200 millions de plateaux ont été vendus. Décliné plus de 2 000 fois, le but du jeu, lui, n’a pas changé : s’enrichir au maximum et faire fortune grâce à des transactions immobilières. Le Commonspoly espère au contraire sensibiliser les joueurs à l’importance des biens communs. Le jeu est téléchargeable gratuitement en français.

CIM Internet