Paris Match Belgique

Sous l’influence de l’alcool, on dépense plus d’argent en ligne

Attention aux mauvaises surprises en lendemain de veille. | © Pexels / Image d'illustration.

Société

Ceux qui préfèrent le gin seraient les plus enclins à faire chauffer la carte bancaire.

Dimanche matin, vous vous réveillez avec un gros mal de crâne et plusieurs mails vous notifiant des achats faits la veille sur le web. Vous reprenez doucement vos esprits et reviennent alors ces fragments de la veille. Imbibé d’alcool et n’ayant pas sommeil, vous vous êtes laché sur les internets : le dernier vinyl que vous désiriez absolument (25 euros), ces fameuses lunettes de soleil que vous n’osiez vous offrir depuis le début de l’été (80 euros) et cette magnifique table basse « vintage » trouvée sur ce site de déco (170 euros). La facture est salée, et vous culpabilisez comme jamais, déjà en train de lire la politique de retour des marchands concernés.

Lire aussi > Boire de l’alcool (avec modération) améliorerait notre apprentissage des langues étrangères

En mars, le site Finder.com a interrogé 2.000 américains et la moitié avouait avoir déjà acheté un article en ligne sous l’influence de l’alcool. Pas si étonnant : le téléphone est à portée de main, en un clic, sans même rentrer ses données de carte bancaire préenregistrées, l’achat est fait.

Un véritable marché

En 2017, l’Américain moyen a dépensé 447,57 dollars (381,47 euros) par an en état d’ébriété, le double par rapport à 2016. Le tout cumulé revient à 30 milliards de dollars par an (25,5 milliards d’euros).

Dans la pénombre de la nuit, un peu trop alcoolisé, acheter en ligne peut s’avérer être une très mauvaise idée. © Unsplash / Jay Wennington.

Si 60% des personnes ivres achètent de la nourriture, 25% achètent des vêtements et un autre quart parient, ce qui suppose plus d’achats en ligne. Une habitude encore plus forte chez les millennials, dont trois sur cinq déclarent faire du shopping en ayant bu.

Selon l’alcool, vous consommez plus

Un sondage du centre de désintoxication Archstone Recovery Center établit même des catégories selon le type d’alcool ingurgité. Les amateurs de gin feraient le plus de folies, dépensant en moyenne 82 dollars (70 euros). Les buveurs de whisky et de bière seraient un peu plus raisonnables avec 40 dollars (34 euros) dépensés en moyenne.

En 2016, le site internet Racked.com avait analysé les données des achats effectués sur son magasin de vêtements en ligne Lyst. Ils étaient en augmentation de 48% après 2 heures du matin le samedi par rapport au lundi matin à la même heure.

Lire aussi > Avec l’alcool synthétique, les gens pourraient ne plus boire d’alcool d’ici à dix ans 

Désinhibés, les gens dépensent sans compter, oubliant la réalité de leur compte en banque. Les sites de vente le savent bien, ce qui explique pourquoi beaucoup de promotions exceptionnelles se déclenchent après 21 heures. Prudence donc, quand la nuit tombée, vous pensez à faire des folies un peu trop éméché.

CIM Internet