Paris Match Belgique

Cancer du poumon : hausse fulgurante de 43% chez les femmes d’ici 2030

cancer du poumon femmes

Une prévention accrue au cancer du poumon est nécessaire, et ce à l'échelle mondiale. | © Unsplash / Image d'illustration.

Société

L’Europe et l’Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande) sont les parties du monde les plus concernées.

En cette Journée internationale de prévention du cancer du poumon, une nouvelle étude réalisée à l’échelle mondiale vient nous faire froid dans le dos et rappeller que le tabagisme détruit toujours autant. Et s’attaque férocement aux femmes, qui payent encore le prix d’avoir été la cible marketing privilégiée des industries du tabac tout au long du 20ème siècle.

Lire aussi > Le paquet de cigarettes neutre change-t-il vraiment quelque chose ?

Les chercheurs de l’Université internationale de Catalogne en Espagne, de l’Université de Milan en Italie et de l’Université de Porto au Portugal ont découvert qu’une hausse fulgurante (43%) du cancer du poumon chez les femmes serait prévue d’ici 2030, plus particulièrement en Europe et en Océanie. À l’inverse, le taux de mortalité par cancer du sein aurait une tendance à la baisse.

Affiche publicitaire datant de 1939.

Grâce à la base de données de l’Organisation mondiale de la santé, des résultats ont pu être observés pour 52 pays à travers le monde. Les taux de mortalité ont été calculés par tranche de 100 000 années vécues par la population d’un pays afin d’harmoniser les différences d’espérance de vie. De manière générale, le nombre de décès devrait passer de 11,2 mortes pour 100 000 années à 16 en 2030.

La « culture » occidentale du tabac

Le taux de mortalité le plus important concernera l’Europe, l’Océanie, puis le continent Américain et l’Asie. Le docteur Jose Martinez-Sánchez, épidémiologiste et auteur principal de l’étude, explique : « Différentes chronologies ont été observées dans l’épidémie de tabac à travers le monde ». L’augmentation de ce taux concerne en premier les pays à haut PIB. C’est d’abord en Europe que les lobbies du tabac ont trouvé une clientèle mixte fidèle: « Il était socialement accepté pour une femme de fumer en Europe et en Océanie bien avant que l’habitude se propage en Amérique et en Asie, ce qui reflète pourquoi les taux de mortalité liés au cancer du poumon sont plus élevés ».

Une prévention indispensable

À l’inverse, d’ici à 2030, le taux de mortalité lié au cancer du sein devrait diminuer, passant de 16,1 à 14,7 pour 100 000. Ces estimations sont le reflet de meilleurs programmes de dépistage et de l’avancement des traitements du cancer du sein, mais elles rappellent aussi le retard dans la détection du cancer du poumon, souvent faite à des stades très avancés.

© EPA / Marcus Brandt

L’augmentation de l’utilisation des cigarettes électroniques voudrait faire croire à une inversion des prédictions, mais les chercheurs impliqués dans l’étude affirment que les preuves qu’elles soient de outils d’arrêt du tabac sont « contradictoires et peu abondantes ».

Lire aussi > Le tabac, c’est tabou, et la cigarette électronique, c’est pas fantastique

Le moyen le plus efficace de réduire le nombre de cancers reste la prévention, pour éviter que de nouvelles personnes commencent à fumer. À mesure que les lois se font plus restrictives en Europe et ailleurs, les compagnies de tabac se concentrent plutôt sur les pays en développement. La mortalité liée au tabac devrait donc croître de manière globale. « Si on ne met pas en place des mesures pour réduire la consommation de cigarettes, le cancer du poumon va augmenter et ce à travers le monde », affirme le docteur Jose Martinez-Sánchez.

CIM Internet