Les femmes oubliées de la science mises à l’honneur dans une série de posters magnifiques

Les femmes oubliées de la science mises à l’honneur dans une série de posters magnifiques

science

Mais qui est Maryam Mirzakhani ? | © Beyong Curie

Société

Avec son projet « Beyond Curie », la designer Amanda Phingbodhipakkiya met en lumière 40 femmes scientifiques dans une série de portraits. Un résultat superbe et gratuit.

Donnez le nom d’une femme scientifique et la réponse générale sera très probablement : Marie Curie. Cette physicienne et chimiste d’origine polonaise, connue pour ses travaux sur la radioactivité, est souvent l’unique femme citée dans les listes de scientifiques qui ont marqué l’Histoire. Pourtant, c’est loin d’être la seule. La double lauréate du Prix Nobel fait partie d’un panthéon de femmes scientifiques pionnières, affirme la designer Amanda Phingbodhipakkiya à Quartzy. Avec son projet « Beyond Curie« , cette diplômée en neurosciences a décidé de mettre en lumière 40 d’entre elles dans une série de collages idéaux pour décorer une chambre d’enfant ou les murs d’une salle de classe.

Lire aussi > Des femmes en fluo pour réécrire l’Histoire

Son objectif ? Présenter aux jeunes filles des modèles auxquels elles peuvent s’identifier. « L’un des principaux buts de ce projet est de montrer cette riche histoire de femmes pionnières », explique la designer. Ne pas les placer sous le feu des projecteurs est un « mauvais service à toutes les jeunes femmes qui se demandent si elles peuvent faire carrière dans les STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) », ajoute-t-elle. « Voir des femmes – en particulier des femmes qui leur ressemblent – est extrêmement important ».

Katherine Johnson a effectué des calculs pour la NASA, qui ont contribué au premier vol habité américain en 1960 et à la mission lunaire Apollo 11 en 1969. Héroïne méconnue de la conquête spatiale, elle a inspiré, avec deux autres femmes afro-américaines, le film Hidden Figures.

 

Pour ce projet « Beyond Curie » qui rend hommage aux femmes oubliées de la science, Amanda Phingbodhipakkiya s’est inspirée de sa mère. « En quatrième année, mon professeur de sciences nous a demandé de faire un livre sur un scientifique. Ma mère m’a encouragé à le faire sur une femme », explique-t-elle à Quartzy. « Je suis si contente qu’elle l’ait fait ». Elle a donc décidé d’écrire sur Rita Levi-Montalcini, cette neurologue italienne, lauréate du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1986 pour sa découverte révolutionnaire, aux côtés de Stanley Cohen, des « facteurs de croissance de cellules nerveuses ». À cette époque, la scientifique avait contourné le décret de Mussolini interdisant aux Juifs de travailler dans les milieux universitaires en installant un laboratoire dans sa chambre pour poursuivre ses recherches. « Son histoire est si badass et courageuse. Ce n’est pas un conte de fées ».

Depuis, la designer a mis de nombreuses femmes scientifiques à l’honneur : la mathématicienne iranienne, Maryam Mirzakhani, première (et unique) femme à avoir reçu la médaille Fields, la récompense la plus prestigieuse dans son domaine. Chien-Shiung Wu, une physicienne sino-américaine connue également sous le nom de « Première Dame de la physique ». Elle a marqué l’Histoire dans les années 50 lorsqu’elle a réfuté l’hypothétique loi de la parité de conservation, une loi fondamentale de la physique que beaucoup d’autres avaient trop peur de tester. Mae Jemison, une ingénieure américaine qui est devenue la première femme noire à voyager dans l’espace.

Étant elle-même une artiste qui a travaillé dans la recherche sur la maladie d’Alzheimer à l’université de Columbia, Amanda Phingbodhipakkiya entend, à travers son travail et son histoire, remettre en question la notion traditionnelle selon laquelle la poursuite de la science est séparée des arts et des sciences humaines. L’Iranienne Maryam Mirzakhani était également une adepte du gribouillage. « Elle pensait à travers sa main, et cela l’a sans doute aidée à visualiser des espaces 3D incroyables qui ont contribué à son génie », déclare-t-elle.

« J’espère que mon travail montre aux jeunes qu’ils peuvent élaborer leur propre carrière et y intégrer leurs talents », confie la scientifique ultra-créative. « Au lieu de choisir entre les deux, pourquoi ne pas rassembler ces domaines ? »

CIM Internet