Paris Match Belgique

#MyCameraIsMyWeapon : Quand les Iraniennes dénoncent le harcèlement de la police des mœurs

iran

"Le futur nous appartient". | © AFP PHOTO / ATTA KENARE

Société

Avec le hashtag #MyCameraIsMyWeapon (littéralement « ma caméra est mon arme »), les Iraniennes continuent leur combat contre le port du voile obligatoire, en dénonçant le harcèlement qu’elles subissent chaque jour par la police des mœurs.

Depuis plusieurs semaines, des vidéos se multiplient sur les réseaux sociaux avec le hashtag #MyCameraIsMyWeapon. On peut y voir des femmes iraniennes harcelées, agressées ou encore arrêtées pour ne pas porter le voile. Pour se défendre et dénoncer les dérives de la Gasht-e-Ershad, la brigade de la police des moeurs, elles brandissent la caméra de leur smartphone et publient le résultat sur les réseaux sociaux.

Lancé en avril dernier par la journaliste militante Masih Alinejad, ce hashtag fait écho à un autre mouvement créé par la féministe qui vit aux États-Unis, les #WhiteWednesdays (ou « mercredis blancs ») pour protester aussi contre le port obligatoire du hijab en Iran, instauré par la République islamique d’Iran, en 1979. Sur sa page Facebook My Stealthy Freedom, Masih Alinejad publie ces vidéos pour exposer publiquement les abus de la police des mœurs, à l’égard des femmes non ou « mal » voilées dans son pays natal. « Alors que la république islamique se débat avec la pire crise économique de son histoire, (…) la seule préoccupation du gouvernement semble être le hijab des femmes. Les gens descendent dans la rue pour manifester contre la déterioration de leurs conditions de vie mais la république islamique gaspille l’agent des contribuables en des actions futiles telles que la police des mœurs », commente la journaliste sur cette vidéo montrant une femme qui résiste aux efforts de la police pour l’embarquer.

Lire aussi > L’Iran de plus en plus isolé au sein du monde arabe

While Iran's economy is on a downward spiral, Iran's government is still fixated on hijab

While Iran's economy is on a downward spiral, Iran's government is still fixated on hijab – ENGLISH FOLLOWS Alors que l'économie iranienne est dans une spirale descendante, le gouvernement iranien reste obnubilé par le hijab – LE FRANÇAIS SUITگشت ارشاد هر‌چه زور زد دختر سوار ماشین نشد و پلیس مرد هم که پیاده شد دختر گفت؛ جمع کنید بابا. درست در همین روزهایی که قیمت‌ها لحظه به لحظه بالا می رود، دلار از مرز یازده هزار هم گذشت مردم در اوج نا‌امنی اقتصادی هستند امکانات و بودجه مملکت صرف سرکوبِ زنان است. یعنی این همه مشکلات برای حکومت هیچ است و‌بزرگترین مشکل‌شان همین چند تار موی زنان است #دوربین_ما_اسلحه_ما شده تا فرهنگسازی کنیم که اولا زنان دیگر تسلیم گشت ارشاد نشوند و در جایگاه رهگذران هم #تماشاچی_نباشیمENGLISH:In this footage, no matter how hard the morality police tried to forcefully haul this girl into their van (under the pretext that the girl is not "properly" dressed), the girl resisted and did not get into their van. While the Islamic Republic is grappling with its worst economic crisis, prices in the country are going up everyday, the sole pre-occupation of the government seems to be women's hijab. People are in the streets demonstrating against their deteriorating living conditions, but the Islamic Republic seems to be wasting people's money in futile endeavours like the morality police. —–FRANÇAIS :Dans cette séquence, quelles qu'aient été les efforts de la police des moeurs pour tenter d'embarquer cette femme dans leur fourgon (au prétexte qu'elle n'est pas habillée "correctement"), elle a résisté et n'est pas montée dedans. Alors que la république islamique se débat avec la pire crise économique de son histoire, augmentation quotidienne des prix, la seule préoccupation du gouvernement sembl être le hijab des femmes. Les gens descendent dans la rue pour manifester contre la déterioration de leurs conditions de vie mais la république islamique gaspille l'agent des contribuables en des actions futiles telles que la police des moeurs.#MyCameraIsMyWeapon#WalkingUnveiled#WhiteWednesdays#MyStealthyFreedom

Publiée par ‎My Stealthy Freedom آزادی یواشکی زنان در ایران‎ sur Lundi 30 juillet 2018

« Mettez-vous sur le côté, animal ! »

Dans une autre vidéo, deux hommes tentent de « retirer un arbre pour le remplacer par une statue pro-hijab », alors que le pays connaît « la désertification, l’érosion des sols et de graves pénuries d’eau ». Insultes, coups, humiliation publique… D’autres images sont beaucoup plus violentes, comme celles publiées en dernier sur le compte Instagram de la célèbre militante au 1,6 million d’abonnés. On peut y voir une jeune femme, portant un voile rouge, interpellée dans un parc à Téhéran par une fonctionnaire de la « Gasht-e Ershad », accompagnée ensuite par deux autres policières. « Mettez-vous sur le côté, animal ! », crie l’une d’entre elles, explique France 24. Secouée brutalement, la jeune femme se débat : « Lâchez-moi ! Ça fait trente ans que vous ne nous laissez pas vivre ».

Élan de solidarité

Dans deux vidéos publiées récemment sur a page Facebook, la même situation se répète sur la route, dans la rue, dans un bus… « Dans cette vidéo, mon amie a été battue par une femme aggressive parce qu’elle ne portait pas de hijab. Mais nous n’abandonnerons pas. Nous ne nous prosternerons pas devant leurs menaces, leurs violences et leurs faux pas coupables. Le futur nous appartient », écrit la journaliste en légende de la première vidéo. Dans la deuxième, on peut y voir une femme interpellée à nouveau par une policière en tchador noir dans un bus. Mais cette fois-ci, les témoins ne restent pas silencieux. Hommes et femmes ont protégé la jeune femme visée. « Une des passangères lui a même dit ‘les gens comme vous ont transformé notre vie en un enfer’ ».

ENGLISH FOLLOWS دوستم را کتک زد فقط برای حجاب. مردم توی خیابان‌ها از گرانی به تنگ آمدند و این خانم به خاطر حجاب وحشیانه حمله می‌کند به ما زنان تا با کتک و زور حجاب بر سر ما کند. کوتاه نیاییم. #دوربین_ما_اسلحه_ما #چهارشنبه_های_سفید #چالش_دعوت_به_تظاهرات ENGLISH: While Iranians are in the streets demonstrating against the authorities’ indifference to price hikes, corruption and water shortages, they’re somehow never indifferent to the presence of unveiled women. In this video, my friend was beaten by this aggressive woman for not wearing a hijab. But we won’t give up. We will not bow down to their threats, violence and guilt trips. The future is ours.

A post shared by Masih Alinejad (@masih.alinejad) on

Chador-clad morality police agent is being countered on the bus

This chador-clad morality police agent on a bus in Iran attempted to hide this woman's hair sticking out of her hijab. Everyone around her protected the young woman. This is solidarity. ENGLISH FOLLOWSCette agente de la police des moeurs en tchador dans un bus en Iran a tenté de cacher les cheveux de cette femme qui dépassaient de son hijab. Tpout le monde autour a protégé la jeune femme. C'est la solidarité. – LE FRANÇAIS SUITاین خانم چادری امروز به زور موهای یک دختر را کرد توی مانتو ولی بقیه مسافران اعم از زن و مرد و حتی با حجاب‌ها به او اعتراض کردند که حق دخالت و خصوصا دست زدن به دیگران را ندارد. امروز #چهارشنبه_های_سفید است و محکم‌تر از همیشه در برابر زورگویان می‌ایستیم. وقتی توسری خور باشیم هرگز نمی‌توانیم علیه دیکتاتور‌های بزرگ‌تر هم بجنگیمENGLISH:This chador-clad woman on the bus has forcefully tried to hide the hair of this young woman (sticking out of her headcarf). Yet, the chador-clad woman faced stiff resistance not only from the woman herself, but also from the male and female passengers on the bus, telling her to leave the young woman alive. One of the passengers even responded, "people like you have turned our life into a living hell". Today is #WhiteWednesdays and we will keep on resisting such interference in our life.—–FRANÇAIS :Cette femme en tchador dans ce bus a tenté de force de cacher les cheveux de cette jeune femme (qui dépassaient de son voile). Là, la femme en tchador s'est vue face à une résistance farouche non seulement de la part de cette femme mais aussi des autres passagers du bus, hommes et femmes, lui disant de laisser la jeune femme tranquille. Une des passangères lui a même dit "les gens comme vous ont transformé notre vie en un enfer." Aujourd'hui c'est un Mercredi Blanc et on continue de resister à de telles ingérences dans nos vies.#MyCameraIsMyWeapon#WalkingUnveiled#WhiteWednesdays#MyStealthyFreedom

Publiée par ‎My Stealthy Freedom آزادی یواشکی زنان در ایران‎ sur Mercredi 1 août 2018

Depuis son adolescente, Masih Alinejad se bat pour les droits des femmes. C’est grâce à elle que la résistance contre le port du voile obligatoire en Iran est si visible sur les réseaux sociaux. Exilée à New York après avoir fait de la prison, la journaliste entend faire bouger les lignes avec ces différentes campagnes. Au début de l’année, les autorités minimisaient l’importance de ce nouveau mouvement. Selon le procureur général de la République islamique, Mohammad Jafar Montazeri, cette remise en cause de l’obligation du port du voile est « puérile », avait-il déclaré à l’époque. « Il s’agit d’une affaire insignifiante qui n’a rien de préoccupant ». Aujourd’hui, leur discours a changé. Sur un plateau télévisé, un responsable du régime déclarait : « Aujourd’hui, leur portable est devenu leur arme ».

« Voyez à quel point le régime a peur de notre hashtag #MyCameraIsMyWeapon. Il touche visiblement une corde sensible », écrit la journaliste le 26 juillet dernier. Plus qu’une simple auto-défense, leur téléphone est devenue une véritable arme politique. « La moindre femme est maintenant un contre-pouvoir à prendre en compte grâce à sa caméra. Les femmes ne plieront pas devant vos discours d’intimidation et de menaces ». Et de conclure : « Vous avez peur des femmes indépendantes et fortes ».

CIM Internet