Le point G existe, il se trouve à Vilnius

Le point G existe, il se trouve à Vilnius

L'affiche virale réalisée par des étudiants en publicité de la capitale lituanienne. | © Go Vilnius.

Société

Vilnius, la capitale de la Lituanie, lance jeudi une campagne publicitaire sous forme de promesse d’orgasme touristique, en présentant la ville comme le « point G de l’Europe ».

C’est une initiative que le gouvernement lituanien a voulu retarder jusqu’à l’automne, après une visite officielle du pape François prévue fin septembre. La campagne, intitulée « Vilnius, le point G de l’Europe », compare la capitale lituanienne au fameux point G féminin.

L’objectif avoué de devenir viral

L’affiche qui doit apparaître dans les rues de Berlin et de Londres, présente une jeune femme – dont on voit surtout l’épaisse chevelure rousse – qui, visiblement parcourue d’un frisson, serre convulsivement dans la main la carte de l’Europe à l’endroit où se trouve la Lituanie.

Inga Romanovskiene, directrice de l’office du tourisme Go Vilnius, pose avec une collaboratrice devant l’affiche qui deviendra sans aucun doute virale. © AFP PHOTO / Petras Malukas.

Le texte en anglais l’assure: « Personne ne sait où c’est, mais quand vous le trouvez, c’est étonnant »Le service en charge du tourisme de la ville, Go Vilnius, explique que la campagne s’adresse à des personnes âgées de 18 à 35 ans. L’affiche doit apparaître également sur les principaux réseaux sociaux.

Première polémique

Le président de la conférence épiscopale lituanienne, l’archevêque de Vilnius Gintaras Grusas, a critiqué cette initiative, estimant qu’elle « renforce potentiellement l’image de Vilnius comme ville du tourisme sexuel et exploite la sexualité féminine ».

Et le gouvernement lituanien, pays majoritairement catholique, a demandé à la mairie de repousser la campagne jusqu’après la visite du pape, prévue fin septembre. Mais les organisateurs ont refusé.

Lire aussi > La campagne contre le harcèlement de rue qui met enfin tout le monde d’accord 

« Ceux qui sont irrités ne font que montrer que la campagne fonctionne, car elle fait parler d’elle et provoque un débat », a déclaré à l’AFP l’un de ses créateurs, Jurgis Ramanauskas, 25 ans, qui a conçu son oeuvre à l’occasion d’un concours de pubs créatives lancé par l’Atomic Garden School de Vilnius.. La campagne sur les réseaux doit durer un mois. Les affiches dans les rues allemandes et britanniques y resteront pendant une semaine.

(Avec Belga)

CIM Internet